Cet article date de plus de 5 ans

La Cour des comptes alerte sur la gestion de Garges-lès-Gonesse

La Chambre Régionale des Comptes alerte sur la gestion catastrophique de Garges-les-Gonesse, dans le Val-d'Oise, 41.000 habitants, commune pauvre qui vit comme une ville riche, au dessus de ses moyens, et engage, dit la Cour des comptes, des dépenses inconsidérées.
© France 3 Paris
Versement de primes indues, absentéisme record parmi les agents, dépenses inconsidérées: la Chambre régionale des comptes (CRC) d'Ile-de-France épingle la gestion de la ville de Garges-lès-Gonesse, commune pauvre du Val-d'Oise dirigée par le maire LR Maurice Lefèvre depuis 2004.

Dans son rapport publié lundi, la Chambre Régionale des Comptes relève que cette commune fait face à une "forte augmentation des charges de gestion", qui trouve son origine "aussi bien dans la progression des charges de personnel que dans la hausse très rapide des charges à caractère général". Sa capacité d'autofinancement a fondu en deux ans, passant de 12,6 millions en 2012 à 5,4 millions en 2014. Et ce, poursuit la Chambre Régionale alors que les diverses dotations de péréquation (destinées à compenser les inégalités de richesse entre les collectivités) dont elle bénéficie ont augmenté dans le même temps.

La cour a relevé de "nombreuses insuffisances" dans la gestion du personnel qui se manifestent notamment par de "fréquentes irrégularités", notamment en matière de versement d'indemnités à certains agents, de recrutement d'agents non titulaires ou un détournement des heures supplémentaires, dont la rémunération "s'apparente en réalité à un abondement indemnitaire" pour un certain nombre d'agents.
durée de la vidéo: 01 min 11
La Cour des comptes alerte sur la gestion de Garges-lès-Gonesse

Mal-être au travail et absentéisme

"Contrôle défaillant des carrières et des paies", "agents non titulaires en forte hausse", temps de travail inférieur à la norme, logements de fonction "situés, de manière paradoxale, hors de son territoire", utilisation des véhicules de service à des fins personnelles, associations subventionnées à fonds perdus, etc: la liste des griefs établis par la Chambre Régionale est longue.

La Chambre Régionale des Comptes relève un "turn over" très rapide à la direction des ressources humaines : la ville a vu passer 3 directeurs des ressources humaines en 6 ans. Et l'abstentéïsme, signe de mal-être au travail, a connu une progression vertigineuse avec 60 % de hausse des congés longue maladie et maladies professionnelles et 34% de hausse pour les accidents de travail.

La Chambre rappelle qu'en novembre 2015, le directeur financier de la ville, alors en arrêt maladie pour "épuisement professionnel", a tenté de mettre fin à ses jours dans son bureau ! Il a, depuis, porté plainte pour harcèlement contre le maire.

Et les observations de la Chambre Régionale des comptes semblent confirmées par un ancien élu qui écrit qui parle d'une ville au "train de vie d'une commune riche dans lequel un système mafieux s'est installé ces dernières années".

Un ancien cadre de la ville affirme, lui que "Garges, c'est Levallois-Perret bis", et dénonce "des marchés publics pipés et des dépenses somptuaires, notamment à l'occasion de fêtes organisées pour les retraités, les sportifs ou les personnalités qui mobilisent beaucoup de personnel et de gros moyens audiovisuels".

Selon la loi, le maire doit maintenant, dans un délai d'un an, rendre compte des actions menées pour corriger les dysfonctionnements relevés par la Chambre Régionale des Comptes.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
finances économie