A Montmagny, le juge ne retient pas le caractère antisémite de l'agression

Le juge des enfants de Pontoise, chargé de l'instruction, ne retient pas le caractère antisémite de l'agression commise par quatre adolescents sur un autre jeune garçon de 14 ans, alors qu'il sortait de la synagogue de Montmagny, dans le Val-d'Oise, mercredi soir, 28 février

© PQR/Voixdu Nord/MaxPPP
Les quatre mineurs, âgés de 14 à 15 ans ont été mis en examen vendredi soir, 2 mars, pour violences avec deux circonstances aggravantes : d'abord le fait qu'elles aient été commises "en réunion" et, seconde circonstance aggravante, aux abords d'un établissement scolaire (la synagogue est un centre culturel et cultuel qui héberge une école). Les adolescents ont été placés en liberté surveillée

Mais, contrairement aux demandes du parquet de Pontoise, le juge des enfants n'a pas retenu la circonstance aggravante de violences commises en raison de la religion de la victime.

Les quatre adolescents, sans antécédents judiciaires, sont accusés d'avoir agressé le garçon mercredi 28 février, à la sortie d'un office où était célébrée la fête juive de Pourim. La victime avait relaté avoir eu une première altercation dans un parc voisin de la synagogue, un peu plus tôt dans la soirée. C'est à ce moment que les premières insultes antisémites auraient fusé.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice faits divers société