Val-d'Oise : la ZAD du Triangle de Gonesse évacuée

Les forces de l’ordre ont lancé ce mardi l’évacuation de la "Zone A Défendre" (ZAD) du Triangle de Gonesse, dans le Val-d'Oise. Les lieux sont occupés depuis 17 jours par des militants écologistes, qui protestent contre la création d'une future gare de métro du Grand Paris.

Des membres de forces de l’ordre à proximité du site ce mardi matin.
Des membres de forces de l’ordre à proximité du site ce mardi matin. © Aude Blacher / France 3 PIDF

Le terrain, sur lequel des cabanes ont été construites, est occupé en permanence par des dizaines de militants depuis dimanche 7 février. Afin d’évacuer la ZAD du Triangle de Gonesse, les forces de l’ordre se sont déployées ce mardi matin.

Un dispositif policier a été mis en place, et les CRS sont arrivés vers 6 heures du matin. Des bus ont été acheminés devant le site.

"Des CRS encerclent le site", a annoncé ce matin le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG), qui soutient activement la ZAD mais qui souligne ne pas l’avoir déclenché. "Nous appelons nos soutiens à se rendre sur place, explique le collectif. Pas à répondre à la violence par la violence." Le CPTG évoque "plus de 10 camions de police garés à proximité".

Dans un communiqué, le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) et le groupement de Coopération pour une Ambition Rurale et Métropolitaine Agricole (CARMA) dénoncent une évacuation "par la force" : "Ce recours à la force demandé par le gouvernement et la présidente de la région Valérie Pécresse contre des citoyennes et des citoyens décidés à empêcher la construction d’une gare qui détruirait plusieurs centaines d’hectares de terres parmi les plus fertiles d’Europe". Ils indiquent que les occupants "ont été emmenés par les gendarmes au commissariat de Cergy et placés en garde à vue".

Une évacuation sans délai ordonnée vendredi

De son côté, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a communiqué sur Twitter son "soutien aux forces de l’ordre qui mènent ce matin l’évacuation de la ZAD du Triangle de Gonesse dans le Val d’Oise", déclarant : "Force doit rester à la loi".

Vendredi, le tribunal de Pontoise avait ordonné l'évacuation sans délai du terrain, propriété de l'Établissement public foncier d'Ile-de-France (EPFIF).

Les militants écologistes qui occupent les lieux depuis 17 jours défendent un projet agricole alternatif et dénoncent l'artificialisation des terres. Ils protestent contre la construction d’une future gare de la ligne 17 du Grand Paris Express.

La ligne 17, qui doit relier Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) à l'aéroport de Roissy-CDG en 2030, devait initialement desservir le méga-complexe commercial et de loisirs EuropaCity. Si le projet a été abandonné suite à une annonce du président de la République Emmanuel Macron en novembre 2019, l’avenir des terres agricoles reste incertain.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité écologie environnement manifestation