Vague de froid : une enquête est ouverte pour non-assistance à personne en danger après l'hospitalsiation d'un homme

Une enquête pour non-assistance à personne en danger a été ouverte à Créteil après l'hospitalisation d'un homme découvert dans la rue, a indiqué lundi le parquet à l'AFP. L'homme a été emmené à l'hôpital Henri-Mondor, suite à un appel du Samu.

Dans la nuit de samedi à dimanche, alors que la région parisienne était touchée par une vague de froid, un homme a été pris en charge par la police suite à un appel du samu, il a été transféré à l'hôpital Henri-Mondor. 

Une enquête du chef non-assistance à personne en danger

Sollicité le parquet de Créteil a indiqué à l'AFP qu'"une enquête du chef non-assistance à personne en danger est en cours au commissariat de police de Créteil". Quelques jours auparavant, mardi matin, un homme sans abri avait été découvert sans vie sur la voie publique au Kremlin-Bicêtre dans le même département, a-t-on appris par la même source policière.

Le 8 janvier, face aux températures très basses ressenties jusqu'au lendemain, la préfecture du Val-de-Marne avait activé le plan "grand froid". Dans un communiqué, elle avait rappelé "combien il est important que toute personne en situation de détresse dans l'espace public soit signalée au 115, service d'appel d'urgence gratuit".

En 2022, au moins 624 personnes sans domicile fixe étaient décédées dont plus d'un tiers d'entre elles lors de l'hiver, décompte le rapport non exhaustif du collectif "Les morts dans la rue" publié en novembre. Selon les derniers chiffres de la Fondation Abbé Pierre, 330.000 personnes étant sans abri en France en 2022, une hausse de 30.000 par rapport à 2021 et un nombre multiplié par deux par rapport à 2012.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité