• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Collégien giflé par un chauffeur de bus : une pétition de soutien au chauffeur réunit plus de 40.000 signatures

Un bus de la RATP. / © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME/MAXPPP
Un bus de la RATP. / © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME/MAXPPP

Un chauffeur d'un bus de la RATP doit faire l'objet d'une procédure disciplinaire après avoir giflé un collégien qui l'avait insulté jeudi, à Arcueil, dans le Val-de-Marne. Une pétition de soutien au chauffeur a réuni depuis plus de 40.000 signatures. 

Par France 3 Paris IDF/ET

"Ferme ta gueule et conduis ton bus." C'est en ces termes qu'un collégien se serait adressé à un chauffeur de bus, jeudi, à Arcueil, dans le Val-de-Marne. L'enfant venait de traverser juste devant un bus de la RATP, forçant le chauffeur à piler "pour éviter de le percuter et mettant par la même occasion en danger les voyageurs", a expliqué la régie des transports parisiens.

Sermonnant l'enfant, le machiniste aurait alors été insulté "à plusieurs reprises" par l'adolescent. Sur une vidéo, qui circule sur différents réseaux sociaux, on voit le chauffeur descendre du bus et donner une gifle à l'ado, sous les yeux ébahis d'autres collégiens.
 

Procédure disciplinaire

Depuis, une procédure disciplinaire a été ouverte contre le chauffeur par la RATP. La régie parisienne a condamné "fermement ce geste (...) contraire aux principes et aux valeurs d'une entreprise de service public". Le chauffeur, père de deux enfants, du même âge que le collégien, aurait agi "sous le coup de l'émotion", a précisé la RATP. 

Il sera bien sûr pris en compte que le salarié regrette son geste.

En guise de soutien, une pétition a été lancée sur la plateforme Mesopinions.com. Elle avait rassemblé plus de 40.000 signatures dimanche après-midi. L'auteur du texte demande aux autres conducteurs et employés de signer la pétition pour soutenir le machiniste, car "il risque la révocation".

La direction de la RATP a indiqué que le conseil disciplinaire déciderait de la sanction "la plus proportionnée". "Il sera bien sûr pris en compte que le salarié regrette son geste", insiste l'entreprise de transports.

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus