"KohLantess" à la prison de Fresnes : Éric Dupond-Moretti annonce l'ouverture d'une enquête

À la suite de la diffusion d'images d'une compétition inspirée de Koh-Lanta et organisée à la prison de Fresnes, le ministre de la Justice a annoncé l'ouverture d'une enquête samedi 20 août. Le syndicat FO demande que le directeur de la prison soit remplacé.

Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a annoncé samedi 20 août sur Twitter l'ouverture d'une enquête, à la suite de la diffusion d'images d'une compétition inspirée de Koh-Lanta et organisée à la prison de Fresnes, dans le Val-de-Marne, fin juillet. Le syndicat national pénitentiaire FO demande, quant à lui, "que le directeur de Fresnes soit remplacé et qu'on remette de l'ordre dans cet établissement"

"Après les images choquantes" tournées dans l'enceinte de l'établissement pénitentiaire, "j’ai immédiatement ordonné une enquête pour que toute la lumière soit faite. La lutte contre la récidive passe par la réinsertion mais certainement pas par le karting !", écrit le garde des Sceaux sur Twitter.  

Une compétition "au bénéfice de trois associations"

Baptisée "KohLantess" en référence au jeu de TF1 Koh-Lanta, cette compétition a été organisée à la prison de Fresnes le 27 juillet. Trois équipes - détenus, surveillants et habitants de Fresnes - s'affrontaient lors d'épreuves variées : questionnaire, karting, mime ou tir à la corde au-dessus d'une piscine. Le directeur de la prison, Jimmy Delliste, s'était félicité sur Twitter d'un "moment d'engagement fraternel au bénéfice de trois associations", en remerciant les organisateurs.

Dans la vidéo, Djibril Dramé, organisateur de ce "Koh Lanta des cités" - dont une première édition opposant jeunes et policiers avait eu lieu en juillet dans la ville de Fresnes - précisait que les détenus ayant participé au jeu étaient en détention "pour de courtes peines"

"D'accord, toutes les personnes (détenues) qui sont là le sont pour une bonne raison et la voie de la réinsertion passe par le travail en prison, mais nous avons aussi un devoir de ne pas les mettre de côté et de ne surtout pas oublier qu'ils sont des humains comme vous et comme moi", ajoutait-il.

FO demande le remplacement du directeur de la prison

"Nous demandons que le directeur de Fresnes soit remplacé, qu'on remette de l'ordre dans cet établissement et qu'on s'occupe de le rénover", a déclaré Emmanuel Baudin, secrétaire général du syndicat national pénitentiaire FO, dimanche 21 août sur franceinfo. "Les conditions de détention sont terribles, les conditions de travail des personnels sont insupportables et c'est à ça qu'il faut qu'on s'attelle", a-t-il ajouté.

Dans deux communiqués datés du 29 juillet et du 1er août, le syndicat affirme que "le centre pénitentiaire de Fresnes est devenu un véritable centre aéré", et "déplore une dérive persistante de la direction".

Indignation à droite et à l'extrême-droite

Une vidéo diffusée vendredi, notamment sur YouTube, a aussitôt suscité une vive polémique. La droite et l'extrême-droite ont dénoncé l'organisation de la compétition samedi sur Twitter. La vice-présidente Rassemblement national de l'Assemblée nationale Hélène Laporte a écrit que "pendant ce temps-là, 1 enfant sur 3 ne part pas en vacances par manque de moyens financiers". 

Éric Ciotti, candidat à la présidence du parti Les Républicains, a estimé que "nos prisons ne sont pas des colonies de vacances dans lesquelles détenus et gardiens tissent des liens d’amitié"

Plusieurs organisations de policiers ont également réagi négativement, tel le syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI-CFDT) jugeant les images "choquantes" et ironisant sur Twitter : "La prison doit favoriser la réinsertion mais doit-elle se transformer en centre de loisirs?".

Contactés par l'AFP, ni le directeur de la prison, ni l'organisateur du jeu, ni la direction de l'administration pénitentiaire n'ont pu être joints.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité