Le Premier ministre Jean Castex veut relancer le train des primeurs qui desservait Rungis

Jean Castex, Premier ministre, était en déplacement sur le chantier de transport combiné de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne) où il a annoncé vouloir investir dans le fret ferroviaire et relancer la ligne Perpignan-Rungis qui alimente le marché en fruits et légumes frais.

Le train des primeurs ici à Rungis, en juillet 2019.
Le train des primeurs ici à Rungis, en juillet 2019. © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
C'est tout un symbole : le train des primeurs pourrait-il sonner le renouveau du fret en France ? Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé ce lundi 27 juillet vouloir relancer "dans les prochains mois" cette fameuse ligne qui dessert Rungis. "Je ne veux pas être trop précis aujourd'hui pour ne pas donner de fausses espérances", a-t-il nuancé dans la foulé.

Cette ligne est à l'arrêt depuis le 17 juillet 2019 et permettait de faire transiter 1.400 tonnes de fruits et légumes quotidiennement vers le plus grand marché d'Europe. Selon l'ancien PDG de la SNCF, les wagons frigorifiques atteignent leur 40e année de service et ne permettent plus de transporter les marchandises en toute sûreté. Et les remplacer a un coût : 30 millions d'euros que l'entreprise ferroviaire ne veut pas supporter seul.

"Vous avez face à vous un Premier ministre qui a été profondément meurtri par l'affaire dit des primeurs, Perpignan-Rungis, dont la presse nationale s'est faite l'écho. C'est une situation peu compréhensible par nos citoyens avec tous ces camions sur les routes. On ferme un mode de transport écologique, un mode qui doit être plus efficace, plus robuste", a poursuivi le Premier ministre. Car les 82 wagons stockés à Nîmes ont été remplacés par des milliers trajets faits par des camions.  

Autoroutes ferroviaires

Pour parvenir à un développement du fret en France, l'État veut rendre gratuit les droits de péage. Un manque à gagner de 63 millions d'euros en 2020 comme en 2021. "Nous devons mettre tout le monde à armes égales et investir dans le fret ferroviaire", a ajouté Jean Castex.

D'ici à la fin de l'année, le gouvernement veut créer trois autoroutes ferroviaires : Bayonne-Cherbourg, Sète-Calais et une entre Perpignan et Rungis "que l'on veut inscrire sur un axe plus large qui irait d'Anvers à Barcelone".

La ligne devait être relancée fin 2019 vers la plateforme multimodale de Valenton (Val-de-Marne), plutôt qu'à Rungis où la gare doit être modernisée, mais les clients ne se sont pas précipités.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie sncf alimentation société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter