Atterrissage du robot Perseverance sur Mars : SuperCam, un instrument conçu en partie à Versailles

Le rover de la Nasa a réussi jeudi son atterrissage sur le cratère Jezero, après sept mois de voyage. Le robot est le fruit de longues années de recherche : parmi les outils dont il dispose pour explorer la planète rouge, l’un a été conçu en partie à Versailles dans les Yvelines.

La première image diffusée par la Nasa provenant de Perseverance, après son atterrissage sur Mars jeudi 18 février.
La première image diffusée par la Nasa provenant de Perseverance, après son atterrissage sur Mars jeudi 18 février. © HANDOUT / NASA / AFP

Après sept mois de voyage et "sept minutes de terreur", Perseverance a réussi jeudi sa périlleuse manœuvre d'atterrissage sur Mars, au niveau du cratère Jezero. La Nasa a communiqué dans la foulée une photo en noir et blanc prise par le rover, sur laquelle on peut voir l'ombre du véhicule projetée au sol. 

Pour scruter le sol de la planète rouge, le robot dispose entre autres de SuperCam. C’est le plus gros des sept instruments présents sur le rover de trois mètres.

L’atterrissage est l’aboutissement de cinq ans de travail pour une centaine de d’ingénieurs et de chercheurs en France, dont ceux du Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations spatiales (Latmos) de Versailles. Le laboratoire a en effet travaillé conjointement sur la conception de SuperCam avec le LANL (Los Alamos National Laboratory) aux Etats-Unis et un consortium d’autres laboratoires français.

L’instrument va permettre d’analyser les roches de la planète rouge. Et pour la première fois, un micro va même nous transmettre les sons de Mars. "Ce micro va pouvoir enregistrer des sons qui sont éventuellement produits par de la météorologie", explique France Montmessin, directeur de recherche au CNRS Latmos Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, à France 3 Paris IDF.

Perseverance, un bijou technologique pour chercher des traces de vie ancienne

"On sait qu’on a des petits tourbillons de poussière dans l’atmosphère qui peuvent générer des sons qui sont perceptibles, poursuit le directeur de recherche. On sait aussi que certains tirs laser vont aussi avoir un impact, en créant une onde de choc. Et le temps de parcours entre le choc et l’endroit où il y a le micro sera révélateur d’un certain nombre de choses, et sera aussi un outil d’analyse pour mieux comprendre les propriétés de la roche."

Perseverance est un programme américain dirigé par la Nasa, mais les outils de mesure ont pour la plupart été conçus par des laboratoires européens comme le Latmos. Sur Mars, les scientifiques espèrent trouver des traces de vie ancienne, en collectant pendant plusieurs années jusqu'à une trentaine d'échantillons de roche.

Si par hasard, on arrive à trouver de la vie sur Mars, on aura un deuxième exemple d’un endroit dans le système solaire où la vie s’est développée

France Montmessin, directeur de recherche au CNRS Latmos Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

"Si par hasard, on arrive à trouver de la vie sur Mars, on aura un deuxième exemple d’un endroit dans le système solaire où la vie s’est développée, raconte France Montmessin. Et on peut envisager que dans tout l’univers, il y ait de multiples endroits où ce se soit produit. Et donc que la vie ne soit pas quelque chose de rare et de très isolé, quasiment une anomalie, mais quelque chose de plus fréquent, et que l’on puisse espérer peut-être un jour découvrir dans d’autres systèmes solaires que le nôtre."

Perseverance – véritable bijou technologique – est le véhicule le plus gros et le plus complexe jamais envoyé sur Mars. Construit au Jet Propulsion Laboratory en Californie, et pesant près d’une tonne, il est équipé d'un bras robotique de plus de deux mètres et de 19 caméras.

Les Européens devraient eux aussi envoyer un rover sur la planète rouge, qui pourrait décoller en 2022. Le Latmos participera lui aussi à cette nouvelle mission.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sciences culture innovation économie espace