Fuite de pétrole dans les Yvelines : des associations portent plainte pour faire avancer l'enquête

Un des rus où du pétrole brut s'est répandu après une fuite du pipeline d'Île-de-France. / © Morgane Prévost – France 3 Paris–Île-de-France
Un des rus où du pétrole brut s'est répandu après une fuite du pipeline d'Île-de-France. / © Morgane Prévost – France 3 Paris–Île-de-France

Sept associations environnementales ont porté plainte avec mi-décembre afin qu'un juge enquête sur la fuite d'hydrocarbures survenue sur un pipeline en février dans les Yvelines. Elles estiment que l'enquête n'avance pas.

Par MT/AFP

Ces associations avaient déjà porté plainte en avril dernier et une enquête préliminaire avait été ouverte. Mais estimant que cette enquête n'avance pas, les associations ont décidé de porter à nouveau plainte afin qu'un juge d'instruction soit saisi.

Sauvons les Yvelines, France nature environnement (FNE) et cinq autre associations environnementales ont déposé plainte contre X pour pollution des eaux, a ainsi indiqué Me Marc Pitti-Ferrandi, confirmé par le parquet de Versailles.
Le 24 février, une faille détectée sur le pipeline Ile-de-France (PLIF) reliant Le Havre (Seine-Maritime) à Grandpuits (Seine-et-Marne) avait provoqué la fuite de 900 m³ de pétrole brut sur la commune d'Autouillet. Une zone de huit hectares avait été touchée par la pollution, dont plusieurs rus et un ruisseau. Deux agriculteurs avaient vu l'ensemble de leurs récoltes détruite.
 

Autorisation de reprise d'exploitation

Mi-juillet, après des "contrôles" et des "réparations", la préfecture des Yvelines a autorisé une remise en service temporaire, puis, le 28 novembre, une poursuite de l'exploitation. Une expertise a imputé la fuite à "un mécanisme de corrosion fissurante".

Le pipeline Ile-de-France, qui mesure 262 km et a été construit en 1966, avait déjà connu une fuite d'environ 500 m³ le 26 mai 2014, en Seine-Maritime.

"L'exploitant du pipeline n'a manifestement pas pris les mesures qui s'imposaient à la suite de [cette fuite] pour éviter une nouvelle catastrophe environnementale", écrivent les associations dans leur plainte.

"Les mesures de contrôle de l'état du pipeline (...) sont demeurées particulièrement insuffisantes", estiment-elles, critiquant aussi les carences des "moyens de détection" et de "réaction" pour limiter l'ampleur de la fuite.
 

La dépollution se poursuit selon Total

Interrogé par l'AFP, Total n'a pas souhaité commenter cette plainte, dont le groupe dit ne pas avoir connaissance.

L'entreprise rappelle qu'elle a "adapté" ses "conditions d'opération" et s'est engagée à "réduire significativement les contraintes sur la canalisation" notamment en "abaissant la pression opératoire à 50 bars", ainsi qu'à "passer plus fréquemment des robots racleurs pour analyser l'état du pipeline en utilisant de nouvelles technologies".

Sur place, la remise en état se poursuit, avec notamment l'excavation des terres polluées. "Le chantier de remblayage avec des terres neuves", qui a débuté, "va être suspendu pendant l'hiver et reprendra au printemps 2020", indique Total.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus