Le député frondeur des Yvelines Benoît Hamon candidat à la primaire du PS

Le député frondeur PS des Yvelines et conseiller régional d'Île-de-France Benoît Hamon a annoncé mardi soir sa candidature à la primaire organisée à gauche pour l'élection présidentielle de 2017. Il s'agit de la cinquième candidature déclaré à cette primaire de la "Belle alliance populaire". 

Par France 3 Paris IDF (avec AFP)

Le député frondeur des Yvelines, et conseiller régional d'Île-de-France Benoît Hamon a annoncé mardi soir sa candidature à la primaire du Parti socialiste pour l'élection présidentielle de 2017. Invité du 20 heures de France 2, l'ancien ministre de l'Education nationale a expliqué vouloir proposer une "alternative", alors que "les quinquennats se succèdent, les hommes providentiels aussi, mais [que] les problèmes essentiels des Français restent sans solution".

"Ma conviction, c'est que le président de la République aujourd'hui, au regard de la déception qu'il a créée dans son propre camp, n'est plus dans cette situation, c'est trop tard, de créer cette relation de confiance avec les Français", a-t-il déclaré sur France 2.

Appel du pied à Montebourg

En annonçant sa candidature, Benoît Hamon est à ce jour le cinquième candidat déclaré à la primaire de la Belle alliance populaire, qui regroupe le Parti socialistes, les radicaux de gauche et les écologistes ex-EELV. Marie-Noëlle Lienemann, Jean-Luc Bennahmias, Gérad Filoche et François de Rugy ont en effet déjà annoncé leur candidature.

En se déclarant mardi soir, Benoît Hamon a brûlé la politesse à l'ex-ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, une autre grande figure des frondeurs, qui pourrait annoncer sa propre candidature à l'occasion de sa rentrée politique dimanche à Frangy-en-Bresse.

LIRE aussi : Benoît Hamon, candidat à la primaire de gauche

Sur un éventuel rapprochement avec Arnaud Montebourg, Benoît Hamon a d'ailleurs répondu : "Il y aura une primaire, on exposera nos idées, les conditions du rassemblement pourront se poser le cas échéant au second tour"... Tout en ajoutant : "Arnaud Montebourg n'est pas encore candidat, s'il veut me soutenir il a encore quelques jours pour le faire."

Sur le même sujet

Les + Lus