• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Projet de mosquée à Mantes-la-ville : les musulmans gagnent une manche contre le maire FN

L'ancienne trésorerie de Mantes-la-Ville, dans les Yvelines. / © F3 Paris IDF
L'ancienne trésorerie de Mantes-la-Ville, dans les Yvelines. / © F3 Paris IDF

L'Association des musulmans de Mantes-sud a remporté une manche dans le bras de fer qui l'oppose à la municipalité FN de la Mantes-la-ville. L'association a signé jeudi l'acte de vente de l'ancienne trésorerie en vue de la transformer en mosquée. Un projet ardemment combattu par le maire.

Par France 3 Paris IDF (avec AFP)

La communauté d'agglomération de Mantes-en-Yvelines, propriétaire de l'ancienne trésorerie municipale, a confirmé à l'AFP la vente, annoncée par l'Association des musulmans de Mantes-Sud.

"Nous avons signé cet après-midi l'acte définitif d'achat de la trésorerie de Mantes-la-Ville et avons récupéré les clés", a indiqué à l'AFP le président de l'association cultuelle, Abdelaziz El Jaouhari.

Mosquée contre commissariat

La future salle de prière est depuis plusieurs mois au centre d'un bras de fer tant politique que judiciaire entre l'association et Cyril Nauth, seul maire FN d'Île-de-France, élu en mars 2014, qui entend faire de ce local un commissariat.

L'actuel lieu de culte utilisé par l'Association des musulmans de Mantes-sud, un pavillon vétuste, doit être démoli.

L'ancienne majorité municipale socialiste avait décidé de racheter l'ancienne trésorerie à la communauté d'agglomération puis de la revendre à l'association. Mais le maire frontiste, qui avait fait de la lutte contre ce projet un point central de sa campagne, avait, une fois élu, dénoncé cette opération et refusé de signer la promesse de vente. La communauté d'agglomération avait alors décidé de céder directement le bâtiment à l'association.

Un "passage en force contre l'avis du maire"

"On passe en force contre l'avis du maire", avait protesté Cyril Nauth, qui avait alors décidé de préempter le local pour y installer la police municipale. Mais cette préemption, attaquée par le préfet des Yvelines d'alors, a été retoquée à deux reprises en urgence par la justice administrative, fin août et début octobre. 

Le maire a réagi à cette vente en prévenant qu'"au-delà de la question de l'acquisition, il y aura un nouveau permis de construire à déposer".
Mosquée de Mantes-la-ville

 

Sur le même sujet

Le bidonville de Nanterre : témoignages

Les + Lus