Éducation aux médias : "les élèves s'informent via internet et les réseaux sociaux... c'est insuffisant".

France 3 Paris Ile-de-France s’associe cette année encore à la semaine de la presse et des médias dans l’Ecole. Tout au long de l’année, notre antenne accueille des élèves et des enseignants des collèges et lycée de la région. Vincent Bouhours, documentaliste du lycée Jules Ferry de Conflans Sainte-Honorine dans les Yvelines a ainsi accompagné ses élèves une journée à France Télévisions.

Quel est selon vous l’intérêt de l’éducation aux médias ?

L’intérêt est fondamental : il s’agit d’amener des élèves à mieux comprendre toute l’information qui leur tombe dessus actuellement sachant qu’ils sont gavés d’information sur leurs smartphones, à la télévision ou dans la presse. Cela permet de les rendre autonomes et pas seulement consommateurs. Quand on interroge les lycéens avant une formation d’éducation aux médias, ils répondent qu’ils s’informent via internet et les réseaux sociaux. Or je considère que c’est insuffisant : il faut multiplier les sources d’information et aller vers des sources sûres et du travail de journaliste reconnu plutôt que sur des sites internet où on n’est pas certain que les informations aient été bien traitées et vérifiées.

Les élèves éprouvent moins de méfiance par rapport à une information lue sur un fil tiktok ou insta.

Vincent Bouhours, documentaliste au lycée Jules Ferry de Conflans Sainte-Honorine

Vous avez passé une journée avec vos élèves à France 3 Paris Ile-de-France en décembre dernier. Que retenez-vous de cette journée ?

L’intérêt était de montrer aux élèves comment fonctionne une rédaction, de les mettre derrière l’écran et de leur faire expérimenter tout ce qu’il se passe dans la préparation d'un journal télévisé. La compréhension du fonctionnement d’une rédaction d’une chaîne de télévision leur permet de dépasser la méfiance qu’ils peuvent avoir par rapport à une information dont ils ne sont pas certains. Ils éprouvent moins de méfiance par rapport à une information lue sur un fil TikTok ou Instagram.

Que pouvez-vous mettre en œuvre dans votre travail de documentaliste pour cette éducation aux médias ?

Nous mettons énormément de choses en place notamment lors de la semaine de la presse. Nous faisons lire la presse par les élèves, nous recevons des journalistes, nous irons bientôt sur le plateau de "C médiatique" et un groupe d’élèves a été suivre l’enregistrement de l’émission « La bande originale » de Nagui à la Maison de la radio. Les élèves ont apprécié car ils ont pu rentrer dans un studio, échanger avec Tanguy Pastureau. C'est un événement pour eux, ce n’est pas une démarche naturelle du tout car ils n’écoutent plus trop la radio. C’est une découverte exceptionnelle.

Qui peut suivre l’éducation aux médias dans les lycées ?

Tous les élèves y ont droit : c’est un sujet transdisciplinaire qui ne concerne pas seulement les documentalistes, les professeurs de lettres ou d’histoire géographie. Désormais, cela passe beaucoup en lycée par l’éducation morale et civique. À titre d’exemple, je suis devenu professeur d’EMC de la classe de seconde et nous leur faisons animer le journal du lycée. Ceux qui sont venus à France 3 Paris Ile-de-France par exemple écrivent des articles. Dans l’absolu, il faudrait qu’il y ait ainsi des activités concrètes d'éducation aux médias sur les trois années de lycée, ce serait l’idéal.  

 

 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité