"Un musée qui se déplace chez nous, c'est carrément incroyable", visitez le Mumo, le musée mobile du Centre Pompidou

Rendre la culture accessible à tous. Telle est l'ambition du Mumo, le musée camion du Centre Pompidou qui sillonne les routes franciliennes tout au long du mois de mars pour une initiation à l'art moderne et contemporain à côté de chez vous.

Dans la poussière et le bruit d'une rue en travaux se découvre, derrière un portail, un petit carré aux ondulations noires sur lequel est inscrit "Centre Pompidou". Isolé, comme caché à l'arrière de ce vaste collège gris, le camion-musée dénote par ses couleurs vives, à l'image des célèbres tuyaux qui ornent sa façade parisienne.

C'est dans la ville de Plaisir, située dans l'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, que le Mumo, le musée mobile du Centre Pompidou a choisi de s'installer pendant une semaine. À l’intérieur, vingt-cinq œuvres d'art moderne et contemporain sont exposées, dans un décor qui se veut être au plus proche du musée parisien. Sculpture, gravure, peinture, photographie ou encore vidéo, tous les formats sont présentés pour permettre une immersion totale dans ce musée sur roues. 

Décentraliser l'art et la culture 

 "Le musée mobile nous permet d'apporter la culture là où les personnes y ont moins accès. Nous allons dans les cours des écoles, dans les villes et les villages avec pour but de parcourir le plus de territoires", explique Louise Chiodaroli, l'une des deux médiatrices culturelles du site.

Avoir un musée qui se déplace chez nous, c'est carrément incroyable ! Pour voir ce genre d'œuvres, il faut se déplacer à Paris et tout le monde n'a pas forcément les moyens de le faire.

Youness, venu visiter le Mumo avec ses enfants

Inspiré par le concept du bibliobus, le Mumo du Centre Pompidou vadrouille en Île-de-France depuis le début du mois de février. Lors de ses escales, des visites avec les scolaires, de la maternelle au collège, sont organisées. Un moyen d'amener la culture directement à eux. "La majorité de nos élèves ne sont jamais allés au musée", confie un professeur du collège Blaise Pascal de Plaisir, là où se trouve le Mumo.

Une initiation à l'art que saluent les parents venus visiter ce petit morceau du Centre Pompidou : "Avoir un musée qui se déplace chez nous, c'est carrément incroyable ! Pour voir ce genre d'œuvres, il faut se déplacer à Paris et tout le monde n'a pas forcément les moyens de le faire", explique Youness, un habitant de Plaisir venu avec ses enfants de 5 et 3 ans. "Accueillir le Mumo participe à l'instruction de nos enfants", poursuit-il.

Une installation temporaire qui va dans le sens du "projet politique" de la ville, selon Sandrine Dussolier, responsable de l'action culturelle pour la ville de Plaisir : "Nous défendons l'accès à la culture pour tous et avec ce projet nous sommes complètement dedans. Dans les publics qui sont destinés aux visites, il y a des écoles et des collèges mais aussi des publics du champ social avec les centres sociaux ou encore les seniors. C'est important que ça puisse s'adresser à tout le monde". À cela s'ajoutent des créneaux "portes ouvertes", qui permettent à ceux qui le souhaitent de venir visiter le musée mobile gratuitement.

Après les Yvelines, l'Essonne et la Seine-et-Marne 

L'exposition présentée lors de cette tournée 2024 du Mumo est intitulée "Etres vivants". Elle entend interroger les liens qu'entretiennent les hommes avec l'univers, grâce aux œuvres prêtées par le Centre Pompidou.

Alors que le musée parisien fermera ses portes en 2025 pour cinq années de travaux, la mise en route de ce musée mobile permet de continuer à faire vivre la plus grande collection d'art moderne d'Europe. "Il y a une volonté de déplacer l'art et de le mettre dans des endroits où l'accès à un musée est plus difficile", témoigne Anaïs Docteur, médiatrice culturelle au Mumo.

Le musée mobile a quitté Plaisir après cinq jours d'escale, direction Limours dans l'Essonne. Il continuera sa tournée dans le département jusqu'à la mi-mars, avant de rejoindre la Seine-et-Marne. Retrouvez les dates et lieux de son passage en Île-de-France ici.