Selon les voisins de la maison perquisitionnée à Limay, l'homme arrêté ne peut pas être Xavier Dupont de Ligonnès

C'est dans ce pavillon, à Limay dans les Yvelines qu'aurait pu résider Xavier Dupont de Ligonnès. / © F3IDF
C'est dans ce pavillon, à Limay dans les Yvelines qu'aurait pu résider Xavier Dupont de Ligonnès. / © F3IDF

Les voisins de la maison perquisitionnée cette nuit à Limay dans les Yvelines doutent que l'homme arrêté en Ecosse soit Xavier Dupont de Ligonnès. Hier soir une perquisition a eu lieu au domicile de Guy Joao, nom indiqué sur le passeport de l'homme arrêté à Glasgow, en Écosse. 

Par EH/F3IDF/ France Info

Notre équipe de journalistes à Limay a rencontré les voisins de l'homme arrêté en Ecosse. Pour eux, ce n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès.
Ils connaissent Guy Joao qui a toujours vécu à Limay et sa femme Ecossaise. Leur voisin retraité travaillait chez Renault. Au moment des faits, il n'était pas à Nantes.

"C'est une monumentale connerie, les Écossais se sont plantés royalement", et n'ont pas arrêté Xavier Dupont de Ligonnès, assure au micro de Franceinfo un voisin, qui habite Limay dans les Yvelines. "Même avec de la chirurgie esthétique, ce n'est pas possible". Il affirme connaître son voisin "depuis 30 ans".
Le couple de voisin a été à son mariage en Écosse et le décrit comme un retraité discret. "On a acheté ici en 89, donc depuis 89 on le connaît. Quand on a acheté la maison, il travaillait de nuit chez Renault", affirme-t-il. "Il ne pouvait pas être à Nantes, pour nous il a toujours habité là, on l'a toujours vu là" affirment-ils.

"Il vit en Écosse avec son épouse et revient régulièrement en France"

Les voisins affirment que Guy Joao a pris l'avion vendredi matin direction l'Écosse, pour retrouver sa femme domiciliée là-bas.

 

Témoignages Limay
Par ailleurs les empreintes digitales de l'homme arrêté à Glasgow ne correspondent que partiellement à celles de Xavier Dupont de Ligonnès Pour l'instant seuls cinq points de concordance sur 13 ont été trouvés dans les empreintes digitales. De plus, le suspect arrêté en Ecosse ne ressemble pas à l'assassin présumé. L'homme au crâne dégarni portant des lunettes est plus âgé. L'écart des yeux ne correspond pas. Autre élément qui porte à croire qu'il ne s'agit pas du tueur, il manque un doigt à l'une des mains de l'homme interpellé.

Le procureur de Nantes a appelé à la "prudence" en attendant les résultats des analyses ADN.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus