• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Yvelines : quels dégâts écologiques après l’incendie de la station d'épuration d'Achères, classée Seveso ?

L’incendie a débuté mercredi à la station d'épuration Seine Aval (illustration). / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
L’incendie a débuté mercredi à la station d'épuration Seine Aval (illustration). / © PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

L’usine de traitement des eaux d’Achères, classée Seveso, est à l’arrêt depuis le début d'un important incendie mercredi. S’il n’y a « pas de toxicité » pour la population d’après les autorités, des dégâts en milieu aquatique sont probables.

Par PDB/AFP

Quelles sont les réelles conséquences de l'incendie à la station d'épuration Seine aval, principal site du genre en Île-de-France ? Le feu dans l’usine d'Achères, qui traite en effet 70 % des eaux usées de l'agglomération parisienne, pourrait être à l’origine de dégâts importants sur l’environnement.

« Les premières mesures réalisées montrent une forte chute de la teneur en oxygène du milieu, évolution susceptible d'entraîner de la mortalité piscicole » en aval de la station, explique son exploitant, le Siaap (Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne).

En amont, vers Paris, le groupe explique ceci dit que « cet incident n'a aucune conséquence sur l'équilibre du milieu » : « Cette baisse de la teneur en oxygène s'avère moins prononcée à mesure que l'on s'éloigne de la zone critique ».

Des cuves de chlorure ferrique détruites

Face aux conséquences écologiques, le Siaap promet de travailler « activement à des solutions alternatives pour diminuer l'impact de cet événement sur la qualité du milieu naturel ainsi que sur la biodiversité et la vie piscicole » de la Seine.
A noter qu’une partie des flux de la station ont déjà été redirigés vers les autres stations d'épurations franciliennes gérées par l’exploitant. L’opération aurait « permis de réduire considérablement les volumes d'eau pouvant potentiellement présenter le risque de fragiliser l'équilibre écologique du milieu naturel ».

L’incendie de mercredi s’est déclaré « au niveau du local de stockage de chlorure ferrique » du bâtiment de « clarifloculation ». Sur place, des cuves de chlorure ferrique ont été détruites au cours de l’incendie.

>> Le reportage de Nicolas Métauer et Loïc Blache. Ils ont rencontré Thierry Laurent, directeur de cabinet du préfet des Yvelines, Claire Grisez Directrice adjointe de la direction régionale et interdépartementale de l'Environnement et de l'Énergie, et Yann Bourdon, Directeur de la station d'épuration Seine Aval.
 

Sur le même sujet

Gastronogeek, le cuisinier de l'imaginaire

Les + Lus