Cet article date de plus de 9 ans

Les salariés de Plysorol manifestent à Fontenay-le-Comte (Vendée)

Les salariés de l'usine de contreplaqué Plysorol ont manifesté ce mercredi matin dans les rues de Fontenay-le-Comte (Vendée) pour s'opposer à la fermeture annoncée de leur site. 
Les salariés de Plysorol dans la rue.

Ils ont défilé ce mercredi matin dans le centre ville de Fontenay le Comte.
Le groupe Bitar, qui a repris en 2010 le fabricant de contreplaqué, a annoncé vendredi dernier la fermeture du site vendéen, ainsi que celui de Lisieux en Normandie.
Depuis cette annonce, les salariés de Fontenay ont arrêté la production et occupent l'usine.

Lundi, ils ont même brulé une partie du stock pour réclamer des négociations avec le directeur du groupe, Ghassan Bitar.

Le bassin d'emplois du sud Vendée est sinistré.
Dans la manifestation de ce mercredi matin, il y a tous les salariés de Plysorol, mais aussi une délégation de la SAMRO, un fabricant de remorques, également en difficulté qui avait annoncé un plan social l'été dernier.
Les salariés de Plysorol manifestent à Fontenay-le-Comte (Vendée)


Séquestration des directeurs cet après-midi

Après la manifestation, une rencontre entre la direction et les salariés a commencé. En présence d'un "manager de la crise" nommé par le gouvernement.
Les salariés ont décide de séquestrer (de manière symbolique) le DRH de l'usine, ainsi que le directeur de la communication et le "manager de crise". 


Demain, jeudi, le tribunal de commerce de Lisieux (Calvados) doit se prononcer sur la liquidation ou non de l'entreprise Plysorol.

L'entreprise a été placée en redressement judiciaire le 7 juin 2012, un an et demi après sa reprise par le groupe libanais du bois Bitar.
Les juges ont prononcé un redressement judiciaire, avec une période d'observation de deux mois, pour cette société en difficulté, dont les 600.000 hectares de forêt riche en okoumé - composant clé du contreplaqué -, au Gabon, sont très convoités.
 
L'ex-leader européen du contreplaqué emploie 95 personnes à Epernay (Marne), 112 à Fontenay-le-Comte (Vendée) et 70 à Lisieux (Calvados).
Plysorol avait été repris par Bitar en octobre 2010, moyennant la perte de 151 emplois en France.
En mars 2009, la société avait été rachetée par le Chinois Guohua Zhang, qui avait déposé le bilan un an plus tard.
Une enquête préliminaire pour abus de biens sociaux concernant ce dernier vient d'être bouclée. Le parquet de Lisieux doit trancher "prochainement".

L'entreprise a été placée en redressement judiciaire le 7 juin 2012, un an et
demi après sa reprise par le groupe libanais du bois Bitar.
Les juges ont prononcé un redressement judiciaire, avec une période d'observation
de deux mois, pour cette société en difficulté, dont les 600.000 hectares de forêt
riche en okoumé - composant clé du contreplaqué -, au Gabon, sont très convoités.
L'ex-leader européen du contreplaqué emploie 95 personnes à Epernay (Marne), 112
à Fontenay-le-Comte (Vendée) et 70 à Lisieux (Calvados).
Plysorol avait été repris par Bitar en octobre 2010, moyennant la perte de 151
emplois en France. En mars 2009, la société avait été rachetée par le Chinois Guohua
Zhang, qui avait déposé le bilan un an plus tard. Une enquête préliminaire pour
abus de biens sociaux concernant ce dernier vient d'être bouclée. Le parquet de
Lisieux doit trancher "prochainement".


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi mouvement social économie entreprises