J'ai testé pour vous le Chronobus C1

Sébastien conducteur du Chronobus inaugural C1 / © Christophe Turgis
Sébastien conducteur du Chronobus inaugural C1 / © Christophe Turgis

Entre Haluchère et la rue du Calvaire... tout allait bien !

Par Christophe Turgis

Il faut le dire, ce C1 là était le Chronobus inaugural. Avec à bord les présidents, les français sont toujours président de quelque chose, les directeurs, il y a toujours des directeurs pour pouvoir aller dans tous les sens, au cas où on ferrait fausse route sans doute ! Plus les journalistes, les photographes, les attachées de communication. Le bus C1 au départ à 9h de la station Haluchère était plein comme... un bus de la TAN aux heures de pointe !

Le C1 emprunte la route de Paris, passe devant la clinique Jules Verne, traverse des quartiers d'habitat résidentiel ou de petits immeubles collectifs proprets. Il y a du monde aux arrêts. Qui aimerait bien monter, mais notre C1 blindé de personnalités, n'en peut plus ! 5 minutes pas plus et le rond-point de Paris est en vue. Normalement le Chronobus devrait passer sans s'arrêter, mais ce matin le système de priorité aux feux ne fonctionne pas. La faute paraît-il à un camion de livraison peut respectueux des convenances.
Le Grand T passe à grande vitesse, voici déjà l'IUT de Nantes, même pas 10 mn depuis notre départ.

Et c'est déjà Saint Clément, avec sa place joliment réaménagée. On se croirait à l'entrée d'un village, avec juste après la rue Maréchal Joffre et ses commerces sympas. Place Foch, les forains plient leurs manèges. Louis XVI regarde indifférent la circulation générale, la progression autour de sa colonne se fait lentement, selon les techniciens, pas facile de marier la priorité entre chronobus et busway. Et à la fin... c'est le Chronobus qui perd !

La cathédrale regarde les touristes qui la prennent en photo, dans la cour de la mairie de Nantes il y a une mariée qui arrive pour dire oui devant Monsieur le Maire. Le Cours des 50 Otages est toujours en travaux et il faut laisser passer les bus qui arrivent en face. Rue du Calvaire tout le monde descend. Sébastien notre conducteur à le sourire, 15 mn depuis notre départ, pile-poil comme prévu sur l'horaire.


A lire aussi

Sur le même sujet

Eau et pesticides : la situation des Pays de la Loire

Les + Lus