• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Procès de Tony Meilhon à Nantes : le récit du neuvième jour d'audience

La Palias de Justice de Nantes accueille jusqu'au 7 juin le procès de Tony Meilhon / © FRANK PERRY / AFP
La Palias de Justice de Nantes accueille jusqu'au 7 juin le procès de Tony Meilhon / © FRANK PERRY / AFP

Le neuvième jour d'audience s'est achevé sur le rejet du report du procès demandé par Maître Benbrahim, l'avocat de Tony Meilhon.

Par Christophe Turgis avec FB

Le procès de Tony Meilhon, âgé de 33 ans, a débuté mercredi aux Assises de la Loire-Atlantique à Nantes. Il est accusé d'avoir enlevé et tué Laetitia Perrais en janvier 2011 avant d'en démembrer le corps et d'en dissimuler les morceaux dans deux plans d'eau.

Suivez l'audience en temps réel depuis le Palais de Justice de Nantes.

Pensez à rafraîchir régulièrement cette page (F5 sous PC, Cmd+R sous Mac)



15h39 L'audience est suspendue et reprendra demain à 9h



15h38 L'audience est reprise

Le président : "La cour sans les jurés dit qu'il sera passé outre à la demande. La demande est rejetée."


14h53 La Cour moins les jurés se retire pour délibérer, l'audience est suspendue pour une demi heure



14h47 Les témoins ont été entendus, le président revient sur la demande de complément d'information demandée par Me Benbrahim​


Me Benbrahim maintient sa demande faite au début du procès d'une demande de complément d'information ou d'enquête. Les avocats des parties civiles expriment tous le même refus, le temps a passé et les traces ou le matériel génétique dans les bois ne sont forcément plus visibles… Une proposition faite deux ans et demi après les faits. La demande est perçue comme dilatoire et souligne une manœuvre de l'accusé…
L'avocate générale souligne que cette demande n'est pas nécessaire à la manifestation de la vérité.

Me Benbrahim : "Pendant plus d'un an, Mr Meilhon n'a pas eu de conseil et n'a donc pas pu s'exprimer. On nous dit c'est un baroud d'honneur, on nous dit que tout à disparu,mais je propose que, comme pour tout un chacun, il a le droit à faire manifester la vérité. Tous ses arguments sont audibles."


14h33

Le témoignage de G M.
"J'ai été surpris comme tout le monde quand j'ai appris la nouvelle, j'ai rencontré Tony Meilhon la veille au Barbe Blues. On s'était croisés deux ou trois fois avant chez un ami en commun."
Le président : "Vous aviez sympathisé ?" " Oh ben non, il sortait de prison, il m'avait dit qu'il travaillait dans la ferraille…"

"Vous connaissiez Laëtitia Perrais ?" "Non, il nous l'a présentée comme son amie, je lui ai dit : tu trouves pas qu'elle est un petit peu jeune, il m'a dit qu'elle était majeure. Il nous avait dit l'avoir rencontrée à la plage l'après-midi… Elle paraissait timide et réservée, elle a pris un coca light et lui un cognac amandes."

"Nous savons que Tony Meilhon a raccompagné Laëtitia au travail…" "Je sais pas, je ne le voyais pas… Il nous a demandé ensuite où il pourrait trouver une paire de gants…"

"Ensuite vous ne quittez pas le bar ?" "Je suis allé à droite à gauche, je les ai vus revenir, il y a eu une altercation, elle avait l'air apeurée par ce qui c'était passé. Je l'ai vue, elle sanglotait dehors, je suis allé fumer dehors, je ne les ai pas vus partir. C'est mon futur collègue qui m'a dit t'as vu ? y a Tony qui roule à fond feux éteints."

Tony Meilhon se tient le menton posé sur les mains jointes.

Le président : "Vous savez que Mr Meilhon a dragué Chloé ?" "Je l'ai su plus tard. Elle m'en a parlé plus tard."

"Vous avez consommé des stupéfiants ce soir là ?" "De l'alcool oui, des stupéfiants non."
"Au réveil, j'ai entendu ça sur BFM, le temps de comprendre la gendarmerie était à la porte, on a été entendu aussitôt."

Me Benbrahim : "Vous dites elle paraissait jeune, mais vous même vous vivez avec quelqu'un qui présente la même différence d'âge…" "Oui mais mon amie est d'apparence plus mature…"

Question de Tony Meilhon : "Est-ce que Mr M sait que Chloé a couché avec XX ?" Le président agacé :

On n'est pas là pour faire le procès des témoins !


Le témoin répond sans affect : "Oui je le sais !"


14h25 Questions des parties civiles

Me De Oliveira : "Vous dites que Tony Meilhon disait vouloir acheter des gants pour la "petite". "Oui il a utilisé ce mot là."
"Tony Meilhon dit que vous vous êtes embrassés sur la bouche dans les toilettes..." "C'était contre mon gré…"

Vous dites qu'il vous a invité chez lui…" "J'ai eu peur…" "Vous dites il est un peu lourd…" "Ben oui dans sa façon de draguer."


Me Andine : "Vous avez déclaré au début, j'ai essayé de discuter avec lui." Oui, mais "après non !" "Dans les toilettes quelle a été sa réaction?"  "Il est imposant, il prenait le dessus, il tentait…" Dans un souffle : "Il tentait !"

Me Benbrahim : "Vous dites : il tentait…. de prendre le dessus ?" "Oui évidemment."

Tony Meilhon veut prendre la parole. Il dit avec beaucoup de sous entendus : "Le 15 janvier on est allés en boite..."  "Je suis montée dans sa voiture, il était seul j'étais sans méfiance…!"
Le président : "Pas d'autre questions ?" Tony Meilhon : "Non non je voudrais pas l'enfoncer…!"

Me Benbrahim, "Tony Meilhon vous fait-il plus peur depuis ce qui s'est passé ?" "Oui."


14h15 Reprise de l'audience

Les gendarmes masqués ont repris place autour de Tony Meilhon.

Le témoignage de Chloé .
"J'étais au bar ce soir là ! Je connaissais Tony Meilhon depuis deux semaines, c'est un ami qui me l'avait présenté."
Le 18 janvier, j'étais avec mon ami au bar, il est arrivé avec Laëtitia vers 5 ou 6 heures, ils sont restés une heure. Il nous l'a présentée comme ça. Comme quelqu'un qu'il avait rencontré récemment."

Le président : "Vous avez déclaré aux enquêteurs qu'il venait de la rencontrer sur la plage." "C'est ça." "Ils se sont mis à une table, elle a prit un coca et lui un cognac…"

"Il est revenu une heure après, il m'avait demandé d'aller chez lui le soir, j'ai dit non."

"Il vous a proposé un rail de cocaïne que vous avez accepté, mais pas le reste…" "Oui c'est ça, j'étais en couple !" "Il cherchait absolument à coucher !" "Voila."

"Le président : "vous vous souvenez de leur retour, il y a eu une altercation…" "Je sais pas une histoire de sourires dérangeants…" Ensuite je ne me souviens pas de les avoir vus partir." "On est partis vers 23h30."

Quel était le comportement de Tony Meilhon et de Laëtitia ?" : "Comme deux personnes qui cherchent à se rencontrer, elle timide et réservée, lui avenant…


"Ensuite vous ne faites plus attention, vous avez déclaré avoir pris des rails de coke, des taffs d'herbe, de l'alcool…" "Oui."

"Il nous a demandé où on pouvait trouver des gants, on lui a dit qu'à Arthon le super marché était ouvert jusqu'à19h30, il nous les a montrés ensuite, des noirs et des rouges."


11h56 L'audience est suspendue et reprendra à 14h



11h54 Questions de parties civiles

Me Andine : "Vous aviez comme objectif d'obtenir un rapport sexuel avec Laëtitia ?" "Non, il y a des femmes avec lesquelles il ne se passe rien pendant des mois, d'autres avec qui ça va vite, j'ai des clientes avec qui il ne s'est jamais rien passé." "Non."


11H52 Question d'un juré

C'est le président qui l'a lit : "La soirée a changé de lieu uniquement du fait de l'altercation ?"
"Oui effectivement."


11h43 Questions des parties civiles

Me De Oliveira : "Vous avez soulevé le barman…" "Tout le monde dit ça, je me souviens pas." "Vous faites sortir Laëtitia…" "Je voulais pas qu'elle soit mêlée à ça."

"La carabine était depuis longtemps dans la maison de Cassepot ?" "Non un jour ou deux."

Comment vous perceviez Laëtitia ?" "Si j'ai dit ma copine ? oui pourquoi pas, peut-être pour 4 heures, pour six mois…


enfin voilà. Je la trouve agréable, joyeuse, elle est bien, mais il y a comme un trop plein de quelque chose, une fille bien qui connait pas le trafic."

"Est-ce que son image à changé quand elle vous dit qu'elle a trompé son ami avec son meilleur copain…" "Avant oui, maintenant moi même j'ai changé, la société a changé, ça me dérange pas qu'on puisse avoir plusieurs copines…"


11h31 Questions à Tony Meilhon

"Y a t-il des choses que vous voulez préciser dans ce qu'on a entendu ce matin." "Oui le propos de Wilfried Delanoë, le terme d'"innocente", je vois pas pourquoi il a dit ça. Elle était pas dans le trafic voilà. "Innocente" ça me paraît un peu…"
"Il dit que vous étiez énervé…" "Oui lui aussi je me suis fait engueuler…" "Vous étiez très en retard !" "Je me suis mis à son niveau d'énervement !"

"L'altercation dans le bar…" "Le ton est monté, je voulais passer la soirée tranquille, je suis intervenu…" "Laëtitia est sortie effrayée disent les témoins…" "Je sais pas, je suis sorti fumer une cigarette, et j'ai dit que si ça ne se calmait pas on irait à Pornic."

"Pourquoi vous n'allez pas à Cassepot directement…" "Je sais pas moi, c'est comme ça."

Mr Mainguy décrit Laëtitia comme réservée un peu inquiète…"il ne se passe rien…" "À ce moment là tout va bien…" "Quand vous dites que le barman était chaud…" "La veille et puis une autre fois, il était un peu chaud vis à vis d'une amie…" "Ce n'était pas par rapport à Laëtitia." "Non je le surveillais voilà."


11h30 Questions des parties civiles

Me De Oliveira : "Mr Meilhon au cour de la soirée dit vous surveiller, il vous trouve un peu chaud… " "Je vois pas" répond le barman stupéfait !


11h25

Le témoignage de Sébastien Mainguy, barman au Quai 46

"Tony Meilhon est venu avec une jeune fille. Ils ont pris du champagne. La jeune fille ne parlait pas. Elle était dans ses pensées. Elle était au téléphone, timide ou réservée."

Le président : "Ils donnaient l'impression d'être amoureux, comme deux personnes qui passaient la soirée ensemble ?" Non pas du tout, je me souviens qu'elle se tenait au bar, timidement, parfois il sort aussi pour téléphoner…" "Sur le ticket c'est marqué 23h25." "Ils sont partis tous les deux. Sans plus."


11h20 Questions des parties civiles

Me De Oliveira : "Vous dites : il m'a soulevé de terre ?" "Oui c'était impressionnant !" Mr Meilhon dit prendre des alcools forts dès le matin." "Je travaillais pas le matin." "Vous dites à propos de la voiture  :elle roulait vite, il donnait des coups d'accélérateur… des coups de frein…" "Oui comme quelqu'un qui serait en colère !"


11h05

Le témoignage de Lionel Fars, c'est le barman du bar où Laëtitia et Tony Meilhon est passé au cours de la soirée
"Tony Meilhon fréquentait le bar depuis une dizaine de jours. Il consommait des boissons alcoolisées… sans plus. Il est passé au cours de la soirée avec cette jeune fille, il nous l'a présentée comme son amie."
Vous dites qu'il y eu une altercation…" "Oui au cours de la soirée, il s'est levé en leur demandant de se calmer, qu'il voulait être tranquille.

Le ton est monté, je me suis interposé. Il m'a soulevé, il était baraqué. Ensuite il s'est interposé, et puis il est parti. Et Laëtitia n'était plus là."


"Il avait bu ?" "Oui il était speed, on l'a revu passer à je sais plus quelle heure très vit,e tous feux éteints en direction de Pornic."

Tony Meilhon écoute attentivement. Pour la première fois depuis l'ouverture du procès, aucun policier ne se tient à côté de lui.

Le président fait observer à la Cour la carte des déplacements de Tony Meilhon.

"Beaucoup de personnes l'ont vu ?" "Ben oui tous feux éteints, à cette vitesse là !"

"Alain Duhaut est venu quand au bar ?" "Je vois pas qui c'est." "Loulou." "Ah oui, il est arrivé avant !" "D'après les témoignages c'est après !" "Ah oui il est resté tard, il est reparti après."

On verra qu'après être parti du bar il est allé sur Nantes… ajoute le président, qui reprend :

C'était un client récent, agressif ?" "Non jamais. Il venait des fois avec le gars là." Alain Duhaut ?" "Oui et puis un autre, des femmes non."


"Quand il passe tous feux éteints c'est à quelle heure ?" "Tard je sais plus. Je fumais une cigarette dehors."


11h Questions des parties civiles

Me De Oliveira : " Vous dites être entrés dans la maison de mr et mme Coignard, vous avez pris une boisson, un jus d'orange… vous voyez une carabine ?" "Non il me montre un impact de balle dans le mur."

Sur le caractère de Mr Meilhon vous indiquez aux enquêteurs son caractère précautionneux… " "Il m' avait fait enlever mes chaussures pour entrer dans la maison." "Mais vous n'êtes pas précautionneux vous l'informaticien ?" "J'avais fait le choix de ne pas vouloir savoir…"


10h47 Reprise de l'audience

Le témoignage de Wilfried D.

C'est flou dans ma tête cette période là, je préférerais que vous me posiez des questions !


"Comment avez vous rencontré Tony Meilhon ?" "Par une personne dans un PMU, j'étais malade, sans emploi." "il vous donnait, vendait du matériel ?" "Oui, je le remettais en état." "Vous vous doutiez de la provenance ?" "Oui." "Ça s'appelle du recel !" "Oui mais j'ai jamais rien revendu !"

"Vous êtes allé à Cassepot ?" "Oui une dizaine de fois…" "Vous y êtes allé le 18 janvier…" " Je ne sais plus pourquoi précisément, je lui devais de l'argent…" "Il n'était pas présent au rendez-vous…" "Je ne sais plus…" "Enfin il y a des coups de fils entre vous… jusque tard en soirée…!" " Ah oui je me rappelle maintenant, j'étais fatigué par mon traitement." "Il a fini par venir, il m'a reçu chez ses cousins… il avait un peu bu, je ne me suis pas attardé, il m'a dit qu'il avait rencontré une jeune fille de 19 ans, un peu innocente… ça m'avait pas mal choqué…" "Pourquoi ?" J'avais des nièces de 19 ans, alors avec un homme comme ça ça m'avait choqué." "Il est reparti rapidement, je ne sais plus…"

"Vous consommiez des stupéfiants ?" "Oui avec lui mais il ne me fournissait pas." Quoi ?" "Cocaïne."

"Vous vous recontactez le lendemain…" "Oui il m'avait proposé d'aller avec son cousin au ski… Et puis j'ai appris ce qui s'était passé… avant ce moment là je ne m'étais jamais rendu compte de quoi que ce soit, c'était plutôt quelqu'un de gentil… je serais pas parti au ski avec lui si j'avais senti quoi que ce soit…"

"Vous êtes allé dans le hangar ?" "Oui pour voir les PC, c'était mal éclairé…"



10h21 L'audience est suspendue pour 15 minutes



10h12 Questions du président à Tony Meilhon

"Vos cousins affirment que les 38 000 euros que vous avez déclarés leur parait impossible…"

"Ils savent pas tout de ma vie." "Ça parait incompatible avec le RSA…"

Le RSA ça suffit pas, je dépense 2 à 300 euros par jour c'est banal.


"2 à 300 euros par jour il y beaucoup de gens qui n'en disposent pas !" s'exclame le président. Tony Meilhon sourit : "Oui enfin voilà, je fais du commerce, avec des Roumains, il me payent en or… et voilà."

Questions des parties civiles

Me de Oliveira : "Vous percevez le RSA…" "Oui c'est 470 euros par mois, ça va pas loin…" "J'aurais peut-être pas dû le prendre."

"Oùsc'est passé le cambriolage de l'épicerie ?" "Pas loin, en Loire-Atlantique quoi…" "C'est à Rouans, vous connaissez ? Oui" " C'est près de l'étang de Briord." "Je savais pas !"

Ce lundi matin, Tont Meilhon a l'air décidé à rester de bonne humeur.


10h04 Les questions des parties civiles

Me De Oliveira : "Vous connaissiez les lieux de pêche ?" "Non pas vraiment, il n'allait pas à la pêche, en tous cas je ne l'ai jamais vu y aller."

"Tony Meilhon participait au frais ?" "Non il n'avait pas d'argent. Je remplissais les demandes de RSA, des trucs comme ça…"
"Il dit posséder 38 000 euros et deux kilo d'or…" "Ça me parait impossible…"
"Qu'est-ce qui énerve Tony Meilhon ?" "Le non. Quand il est prononcé par certaines personnes. Parce qu'avec moi, j'ai souvent eu à dire non et ça c'est toujours bien passé."

Me Rousseau : "Vous dites qu'il dit à propos d'un ami : "depuis qu'il a bu et qu'il est passé sous un train, je n'ai plus peur de la mort…" "Il disait souvent ça, il n'avait pas peur de la mort, des fois il l'aurait presque voulue, il était parfois dépressif…"


9h46

Le témoignage de Séverine Coignard.
"Comment l'avez vous connu ?" "Du temps de son père, aux Dervallières… il était connu comme brutal et bagarreur…"

Tout le monde a droit à une chance, on lui a donné sa chance, il nous a trahis.


"Vous vous doutiez des activités illégales de Tony Meilhon ?" "Oui on lui disait qu'il fallait qu'il passe le permis, qu'il trouverait un travail… et puis voilà quoi …"

Vous avez connu sa dernière compagne ?" "Oui je ne m'entendais pas avec elle. Elle était trop déstabilisée elle-même pour que ça aille avec lui…" "Il disait qu'il voulait une vie de famille, faire comme nous, mais il était jaloux d'elle…"

"Les stupéfiants…" "Il fumait beaucoup, je lui avais dit qu'il était en train de devenir dépendant, shit et brown." "Brown ?" "Oui il était clairement en train de devenir accro à la cocaïne…"

"Son caractère changeait…?" "Pas avec nous, il était plutôt agréable, même avec de la coke, il restait plutôt joyeux."

"Un jour il a tiré un coup de fusil ?" "Oui, un soir en revenant de la pizzéria à Paimbœuf, il était dans la caravane, on était dans la maison, il était au téléphone avec sa copine, il a tiré en l'air pour faire croire à un suicide…" Tony Meilhon sourit. "Je lui ai demandé de se débarrasser des armes… il ne l'a pas fait ."

"Votre logement a été mis sous scellés…" On a emprunté une caravane, avec nos trois enfants, il a fallu qu'on paye quand même le loyer, l'humidité avait fait des dégâts, on prenait l'électricité, l'eau chez les voisins…"

Une fois j'ai confié mes enfants à Tony pour aller à la pêche, il est allé dans un magasin pour prendre de la bière, puis il y est retourné pour braquer la caisse.


"Les enfants ne nous en ont pas parlé directement, c'est par l'école où les enseignants ont entendu parler de cette histoire…"


9h42 Les questions des parties civiles

Me De Oliveira : "Votre voisine dit avoir entendu du bruit dans votre hangar c'est possible ?" "Oui son jardin est à deux mètres." "Un de vos cousins dit qu'il était menaçant…" "J'ai souvent entendu ça, mais pas avec nous."
"Comment êtes vous revenus dans votre maison ?" "Nous y sommes revenus 11 mois après… et c'est pas facile d'y habiter à nouveau, surtout pour les enfants."

L'avocate générale : "Vous dites que vos enfants ont fait une virée avec Tony Meilhon…" "Oui il les avait emmenés à la pêche, à Lavau-sur-Loire ?" "Non, pas loin de la maison, et il a fait la caisse d'un magasin en revenant…"


9h20 reprise de l'audience

Le témoignage de Cédric Coignard, le cousin qui hébergeait Tony Meilhon au lieu dit Cassepot.

"Je n'étais pas là le jour des faits, j'étais en vacances, j'aurais préféré que tout ça n'arrive pas !"
Le président : "Vous avez accueilli Tony Meilhon à quelle occasion ?"

Avec ma femme on a voulu lui donner une nouvelle chance à sa sortie de prison, il n'avait pas où aller, on avait du terrain, il a mis une caravane. Il habitait là, venait prendre la café de temps en temps.


"Il se douchait chez vous ?" "Non, il vivait sa vie, il venait à la maison quand on était absents. On lui avait laissé les clés quand on est partis en vacances pour qu'il nourrisse les animaux."
"Avec l'affaire du camion embourbé, vous saviez qu'elles étaient ses activités..." "Oui on lui avait dit qu'on voulait pas de ça, qu'il fallait qu'il parte !"
"Il vous fournissait en herbe ?" "Oui de la dépanne parfois !"
"Il a emmené vos enfants une fois..." "Les enfants nous ont dit ça après qu'il soit retourné en prison. Ils étaient allés faire un tour, et au passage tony a braqué une caisse..."
"Vous travaillez dans la ferraille, il vous aidait ?" "Oui il m'aidait à découper des carrosseries, qu'on vend d'un côté et les moteurs de l'autre..."

Il s'alcoolisait ?" "Non il n'est pas alcoolique, enfin devant nous il ne présentait pas d'habitudes avec l'alcool avec nous.


"Il y avait des armes chez vous ?" "Non, je ne veux pas de ça chez moi !"
"Le hangar, la toiture fuyait  ?" "Non la toiture avait été refaite un an avant par le propriétaire." "Car les enquêteurs ont retrouvé beaucoup d'humidité sur le sol…" précise le président.

"Vous avez constaté des manques à votre retour de vacances ?" "La maison était sous scellés, il manquait des poubelles, des outils, du grillage, une plaque de contreplaqué qui faisait le sol de la camionnette."

"Il venait avec des amis ?" "Parfois oui"  "vous les connaissiez ?" "Non." "Il avait beaucoup de matériel informatique Tony Meilhon…" "Oui, mais il ne se servait pas de l'ordinateur de la maison."

"Il venait avec des amies ?" "Oui, c'était un peu tendu avec Mlle Simon, il était strict." "Strict ?" "Oui enfin dur, mais je l'ai jamais vu violent."

"Tony Meilhon lisait les petites annonces de rencontres dans les journaux ?" Tony Meilhon les mains jointes sous le menton sourit. "Il disait qu'il préférait aller voir le prostituées que d'avoir une femme…"

A lire aussi

Sur le même sujet

floralies

Les + Lus