Pornic : la colo de la Fontaine aux Bretons veut sauver sa peau !

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sandrine Gadet avec Fabienne Béranger

Alors que les colonies de vacances connaissent une forte baisse de fréquentation, il y en a une, parmi elles, qui continue de bien fonctionner : l'Association Séjours Plein-Air de la Fontaine aux Bretons. Mais elle pourrait voir son activité cesser pour cause de fin de bail locatif.

La Fontaine aux Bretons plus communément appelé " la Fontaine" par les gamins qui la fréquentent ou l'ont fréquenté…. lieu mythique des colos et des classes vertes sur Pornic depuis près de 40 ans. L'été, ce sont  92 enfants qui, en moyenne, y séjournent chaque semaine.

La plupart des animateurs qui officient ici sont eux-mêmes d'anciens colons, ce qui confère une grande convivialité et un esprit particulier à cette colo qui accueille des enfants de tous horizons.

Mais la pérénité des activités de l'association est menacée : la congrégation des frères de Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle basée à Paris et propriétaire des lieux a décidé de vendre. Mise à prix : à priori 4,5 millions d'euros…L'association "Séjours Plein-air", qui gère et entretient les locaux n'a pas les moyens de racheter et fait donc un appel aux dons.
durée de la vidéo: 01 min 56
Mise en vente de la Fontaine aux Bretons

Alors qu'un récent rapport parlementaire vient d'établir une liste de mesures pour lutter contre la désaffection du public pour les colonies de vacances, ce dossier soulève un paradoxe : d'un coté il s'agirait de soutenir les familles pour envoyer les enfants en colo…mais ou vont-ils donc être accueillis si des lieux comme celui-ci disparaissent ?

L'an dernier, 6 établissements de ce type ont fermé et changé de vocation. Il n'en reste plus que 20 dans le département de Loire-Atlantique alors qu'aù sortir de la guerre la seule ville de Saint-Brévin en comptait 20…

L'association, dont les finances sont saines, n'a pas de problème pour faire fonctionner ses activités mais elle pourrait devoir y mettre un terme si les locaux lui échappaient.

Les politiques ont été sollicités mais, pour l'instant, au plan local et régional personne ne semble bouger. Seuls le ministère Jeunesse et Sports et le conservatoire du Littoral affichent leur soutien…moral… car l'état n'a pas de moyens financiers à investir dans cette aventure.

Le fonctionnement de la colo est pourtant qualifié d'exemplaire par Jeunesse et Sports…une référence même dans ce domaine…