Réforme territoriale : Bretagne et Pays de la Loire, la force chiffrée d'une possible grande région

Ce contenu n'est plus disponible

Et si la Bretagne et les Pays de la Loire ne faisaient plus qu'une grande région ? En quelques chiffres l'addition des deux a tout pour convaincre.

Par Xavier Collombier

Même dynamisme économique et démographique. Des revenus dans la bonne moyenne nationale, un taux de chômage équivalent et plus bas qu'ailleurs en France. Sur le papier la fusion des régions Bretagne et Pays de la Loire dans une seule et même région semble logique dans un soucis d'efficacité et d'économie d'échelle.
Aujourd'hui, sans le crier sous les toits, nos politiques travaillent tous largement ensemble. Sans aborder le sujet polémique du futur aéroport commun à Notre-Dame-Des-Landes, on peut souligner les associations et les regroupements en matière économique.
Le président du conseil régional des Pays de la Loire, le socialiste Jacques Auxiette vante sur son blog "le front commun sur le terrain de l'emploi " , soulignant l'association des pôles de compétivité de la Mer basé à Brest,  avec le pôle EMC2 (mécanique) et Atlanpole Biotherapies (santé) situés à Nantes.

Alors une grande région Ouest de Brest jusqu'à Noirmoutier, c'est pour quand ? Les Bretons veulent bien de la Loire-Atlantique mais pas du reste de la région et les Ligériens ont peur d'être noyés dans une idendité trop forte pour eux. La fusion ne semble pas pour demain. Lénine, dont nous allons fêter les 90 ans de sa disparition, disait que l'on pouvait tout changer sauf la géographie. La Bretagne ne serait pas soluble dans l'eau ligérienne. Le mille-feuille administratif français a encore de beaux jours devant lui.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus