• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Vin naturel : le procès du viticulteur fait banquet au palais de Justice d'Angers

200 personnes sont venues pour un pique-nique de soutien à Olivier Cousin / © Éric Aubron
200 personnes sont venues pour un pique-nique de soutien à Olivier Cousin / © Éric Aubron

Le procès d'Olivier Cousin  se tient cet après-midi à Angers, on lui reproche d'avoir utilisé le terme Anjou sur les étiquettes de son vin produit... en Anjou, pour le soutenir 200 viticulteurs et amis ont organisé un pique-nique devant le tribunal

Par Christophe Turgis

Olivier Cousin produit du vin en Anjou, comme son père ou son grand père l'on fait avant lui. Du vin bio, naturel. Aujourd'hui il comparait devant le tribunal pour avoir apposé le terme Anjou sur les étiquettes de ses bouteilles. Pour avoir le droit d'utiliser l'appellation Anjou il faut faire allégeance aux tenants des Appellations d'Origines contrôlées. AOC, 3 lettres sensées sonner comme des lettres de noblesse sur des produits du terroir. Ce que Olivier Cousin ne veut pas faire. Car les AOC n'ont aucune espèce d'exigence en termes de qualité du vin produit selon ses critères.


Poursuivi pour pratiques commerciales trompeuses

Olivier Cousin est poursuivi aujourd'hui au tribunal d'Angers par les services de la répression des fraudes pour pratiques commerciales trompeuses. Les fonctionnaires rappellent qu'Anjou est un terme strictement réservé aux AOC. Pour les narguer Olivier Cousin a fait imprimer "Vin d'ici" sur les étiquettes. Au cour de l'audience le viticulteur frondeur a été désigné comme remettant en cause les pratiques de "l’establishment" du vin. Lui, revendique son infraction !

Le procureur de la république demande une amende de 5000 euros avec sursis pour abus d'appellation Anjou. Plus 3 à 5000 euros d'amende pour étiquetage non conforme, à savoir l'utilisation des termes, domaine, propriété et cépage, réservés aux AOC.

Le jugement est mis en délibéré au 4 juin.

Qu'est-ce que le vin naturel ?

C'est d'abord un choix philosophique. C'est ensuite un vin produit à partir de raisins récoltés sur des vignes conduites en agriculture biologique. Pas de désherbants, pas de pesticides, pas d'engrais issu de l'agro-chimie. La vendange doit-être faite à la main, et le travail de vinification doit conserver le caractère vivant du vin. Autrement dit pas d'interventions techniques altérant la vie bactérienne du vin. Seul ajout possible, mais pas obligatoire, des sulfites en faible quantité pour aider à la conservation du vin s'il n'en contient pas assez naturellement. Les doses maximales de SO² tolérées sont de 30 mg/l pour les vins rouges et de 40 mg/l pour les vins blancs.

Sur le même sujet

DOCUMENTAIRE. Mes parents, ces héros ordinaires

Les + Lus