Nantes : la synagogue et les mosquées sous haute surveillance

La Synagogue de Nantes / © France 3
La Synagogue de Nantes / © France 3

Depuis la semaine dernière, le niveau de vigilance est monté d'un cran. Nous ne sommes pas en Vigipirate Attentat, le degré maximum, comme en Île de France. Mais malgré tout, les surveillances sont renforcées autour de certains sites sensibles. C'est le cas à Nantes.

Par Claude Bouchet

Notre reportage en vidéo

Surveillance des lieux sensibles

Protection des synagogue 

Des uniformes kakis à la porte de la synagogue de Nantes. C'est une nouvelle étape qui vient d'être franchie aujourd'hui. Depuis hier minuit, plusieurs militaires du génie de Besançon prêtent main forte aux policiers. Une présence statique, 24h sur 24 durant 15 jours. Du jamais vu dans l'histoire de la synagogue construite en 1870. Quelques 200 familles fréquentent l'unique synagogue de la région.

Ni l'affaire Mérah en 2012, ni l'attentat de la rue des Rosiers à Paris en 1982, rien n'avait jusqu'ici conduit les autorités à faire appel aux militaires. Face à la très forte menace terroriste, les mosquées elles-aussi sont sous surveillance. Hier, le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian a déclaré que dans le cadre du renforcement du plan vigipirate "de nouveaux effectifs militaires sont affectés à la surveillance des lieux sensibles".

Protection des mosquées

Mais face à ce que l'Observatoire contre l'islamophobie qualifie de "jamais vu", le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve, a indiqué lundi dans la soirée que les renforts militaires annoncés le matin pour les écoles et lieux de culte juifs iront également à la protection des lieux de culte musulmans. 10 000 militaires seront donc déployés, en renfort, pour protéger les édifices.

Bernard Cazeneuve a également annoncé la nomination d'un nouveau préfet : Patrice Latron. Ce haut fonctionnaire sera chargé de coordonner la sécurité des sites confessionnels. Il "sera bien sûr également chargé de surveiller les mosquées", a-t-on précisé dans l'entourage de Bernard Cazeneuve
.
Le Premier ministre Manuel Valls l'a également rappelé sur son compte Twitter

De simples patrouilles cette fois, comme dans le centre ville. Une présence policière et militaire qui divise les promeneurs. Au delà des lieux, certains événements sont déjà placés à haut risque. Le prochain match de Coupe de France (Nantes / Lyon à la Beaujoire), tout comme la Folle journée, à la fin du mois.

A lire aussi

Sur le même sujet

Eau et pesticides : la situation des Pays de la Loire

Les + Lus