Cet article date de plus de 5 ans

Sidaction : Françoise Barré Sinoussi co-découvreuse du VIH et prix Nobel prend sa retraite

C'est le weekend du Sidaction, une manifestation créée en 1994 pour venir en aide à la recherche médicale et aux malades, en France 150 000 personnes vivent avec le Sida, car on ne guérit toujours pas du Sida, en dépit des avancées de la recherche scientifique, rien n'est encore gagné
"Madame le professeur" Françoise Barré Sinoussi, co-découvreuse du virus du Sida en 1983, prix Nobel de médecine en 2008, prend sa retraite au moment où les crédits de recherche en France n'ont été autant médiocres, elle est inquiète pour l'avenir de ses jeunes confrères.
"Madame le professeur" Françoise Barré Sinoussi, co-découvreuse du virus du Sida en 1983, prix Nobel de médecine en 2008, prend sa retraite au moment où les crédits de recherche en France n'ont été autant médiocres, elle est inquiète pour l'avenir de ses jeunes confrères. © Academy of Medical Science / Flickr
Le Sida, on ne savait pas encore comment définir la maladie, est apparu à la fin des années 70. En 1983 avec l'équipe du professeur Montagné, Françoise Barré Sinoussi découvre le rétro-virus. Leurs travaux seront couronnés par un prix Nobel de médecine en 2008. Depuis la recherche a fait évoluer le rapport à la maladie. Des traitements ont permis de la rendre un peu plus supportable par les malades. De repousser l'échéance mortelle. On trouve ici et là des malades sous traitement qui vivent avec le Sida depuis de très nombreuses années, quelques exemples de rémission.

Pour autant, rappelle Françoise Barré Sinoussi : "à partir du moment où on est touché par la maladie, le traitement, lourd, sera à prendre la vie durant. Il n'existe pas de traitement permettant de guérir du Sida. Le mieux est de s'en prémunir et de se protéger".

La chercheuse, de renommée internationale, est inquiète. Au moment où elle va prendre sa retraite, le sort réservé aux chercheurs français est de plus en plus difficile à supporter. Réduction des budgets, précarité, il ne fait pas bon travailler sur le Sida en France. Et on comprend à travers ses propos mesurés, que le vaccin contre le Sida ne sera pas Français, comme les découvreurs du Virus !


Le portrait de Françoise Barré Sinoussi réalisé par Patricia Chalumeau et Xavier Roman

durée de la vidéo: 02 min 40
Françoise Barré Sinoussi co-découvreuse du Sida


Le Sidaction

Contre le Sida il faut encore et toujours se battre. Pour aider les bien-portants à se prémunir de la maladie, pour aider les malades à vivre le mieux possible avec. Et enfin, aux chercheurs de continuer leurs travaux sur la voie de la découverte du vaccin, préventif ou thérapeutique, qui permettra de mette un terme à l'un des plus grands fléaux du 20ème siècle.
Pour cela il faut de l'argent. Beaucoup d'argent, car le rétro-virus, si l'on connaît sa stratégie pour détruire les défenses immunitaires de l'homme, garde encore son secret. Les chercheurs, partout dans le monde, butent sur la même difficulté. Trouver de l'argent pour poursuivre leurs travaux.

Le Sidaction est une association française qui s'est donné pour but de sensibiliser le public à cette grave question. Et de collecter de l'argent pour que cesse un jour, cette "maladie du sang et de la jeunesse".

Les dons peuvent se faire par téléphone au 110, par internet : www.sidaction.org, ou par courrier en adressant un chèque libellé à l’ordre de Sidaction à l’adresse suivante : Sidaction, 228 rue du Faubourg-Saint-Martin, 75010 Paris.
Le Sida en 2015
En France, 150 000 personnes vivent avec le Sida, et chaque année, quelque 6 200 personnes se découvrent séropositives. Parmi elles, 12 % sont des jeunes de 15 à 24 ans.

Selon un sondage pour Sidaction, près d’un quart des 15-24 ans pense qu’il existe des médicaments pour guérir du Sida et que l’on peut détecter la contamination d’une personne en la regardant attentivement ! "Il est donc nécessaire de maintenir l’information des jeunes sur l’épidémie du Sida, les traitements et les risques", insistent  les organisateurs du Sidaction. Et de rappeler que le préservatif reste toujours le meilleur rempart contre le VIH.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sida santé recherche