Confinement : des aides pour les libraires indépendants en Pays de la Loire

La région Pays de la Loire annonce une aide de 200 000 euros pour soutenir les librairies indépendantes. L’Etat a décidé de prendre à sa charge les frais d’envoi de livres pour favoriser la vente à distance.
"Click and collect", librairie à Nantes, le 6 novembre 2020
"Click and collect", librairie à Nantes, le 6 novembre 2020 © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
En cette période de confinement, les libraires tentent de maintenir le lien avec leurs clients. Conseils par téléphone, réservations via internet, livraisons à domicile ou encore "click and collect", plusieurs solutions alternatives s’offrent aux lecteurs pour ne pas manquer de nourritures intellectuelles ou récréatives.

Mais le chiffre d’affaire des librairies sera dans tous les cas très affecté par ces semaines de confinement, deux mois avant les fêtes d’années, semaines habituellement fastes pour le commerce.

La région Pays de la Loire a décidé d’aider financièrement la profession, via un fonds de 300 000 euros. "200 000 euros seront versés, à partir du 13 novembre et le vote de la commission permanente, à 57 libraires des Pays de la Loire", détaille le communiqué de la région.

"On ne peut que s’en réjouir", confirme Christelle Raftedt, présidente de l’Association des libraires indépendants des Pays de la Loire (ALIP), "car de notre survie, dépend toute une filière, les éditeurs et les auteurs indépendants".

La région prendra également en charge les frais d’adhésion à la plateforme régionale de "click and collect", gérée par l’ALIP. "L’objectif est que tous les libraires indépendants soient inscrits sur ce portail", espère Christelle Raftedt, elle-même libraire à Rocheservière en Vendée.
 

Les frais d’expédition de livres pris en charge par l’état


Le "click and collect" peut représenter 20% du chiffre d’affaire, selon les librairies et les territoires, mais "il ne remplace pas le chiffre d’affaire d’une librairie ouverte"

Pour Christelle Raftedt, ce système est efficace en cette période troublée, mais il ne saurait remplacer le conseil des libraires, attachés à faire découvrir de nouveaux auteurs. "Nous sommes les garants de la diversité éditoriale. Nous ne sommes pas des algorithmes!", conclue la libraire.

Ouvert depuis cinq ans, le portail ALIP a vu sa fréquentation grimper en flêche depuis la première période de confinement, 600 nouveaux clients inscrits entre le 11 mai et le 1er juin 2020. Entre le 1er et le 6 novembre, 1300 lecteurs ont rejoint la plateforme.

Autre bonne nouvelle pour les libraires, à compter du 5 novembre, le coût des envois de livres est pris en charge par l’état. "Ce nouveau dispositif va permettre aux libraires indépendants de développer leur activité de vente à distance sans différence de coût de livraison avec les grandes plateformes numériques", a précisé le ministre de l’Economie, Bruno Lemaire, le 5 novembre dernier.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement société coronavirus/covid-19 livres culture économie