Cet article date de plus de 5 ans

COP 21 : la vache qui rote beaucoup moins pollueuse à l'avenir

Emmanuel Bédier, directeur commercial de la société Idena, spécialisée dans la conception de l'alimentation des animaux d'élevage et installée en Loire-Atlantique a mis au point un aliment qui devrait permettre aux vaches de réduire de 15 à 30% les émissions de méthane qu'elles produisent en rotant
Un projet de recherche français ambitionne de réduire de 15 à 30 % les émissions de méthane que rejettent les ruminants en abondance dans l'atmosphère pour lutter contre le réchauffement climatique, en jouant sur l'alimentation. Une opportunité aussi pour redynamiser la filière bovine, enlisée dans la crise.

En France, l'agriculture est responsable d'environ 20% des émissions de gaz à effet de serre et près de 40% de ces mêmes émissions sont sous forme de méthane, selon le pôle de compétitivité Céréales Vallée, installé en Auvergne et qui a présenté jeudi le projet lors d'une conférence de presse, à l'heure où se tient la COP21.



Diminuer le gaspillage énergétique

Les ruminants ingurgitent de l'herbe et du fourrage, dont la digestion sous forme de fermentation naturelle génère du méthane, qu'ils libèrent principalement en éructant.
Pour limiter ces émissions polluantes, ce projet collaboratif vise à élaborer "un mélange de composés naturels actifs" permettant de "diminuer le gaspillage énergétique de la ration alimentaire de l'animal, tout en augmentant son efficacité alimentaire", a expliqué Emmanuel Bédier, directeur commercial de la société Idena, spécialisée dans la conception de l'alimentation des animaux d'élevage et installée en Loire-Atlantique.

Un produit innovant dont la recette est soigneusement tenue secrète, à peine sait-on qu'elle contient "des extraits de végétaux". Sa mise sur le marché est prévue d'ici deux ans. "Cet additif alimentaire permettra également d'améliorer les qualités nutritionnelles de la viande (goût, texture) et de préserver la santé de l'animal", a renchéri l'animatrice du projet pour Céréales Vallée, Tania Rougier. Autre avantage: l'augmentation du rendement de production (en augmentant le poids de la carcasse), "sans surcoût" pour l'éleveur.


Un budget de de recherche de 1,5 million d'euros sur deux ans

En raison des économies réalisées en terme de rations alimentaires, "on va fournir aux agriculteurs et aux opérateurs de la  filière une viande compétitive à un prix équivalent", a assuré Gabriel Pecoul, directeur commercial du porteur du projet et fabricant d'aliments pour le bétail, Thivat Nutrition Animale.
"L'objectif, c'est également d'apporter à nos éleveurs la possibilité une valeur ajoutée à nos élevages (en engraissant notamment les bovins en France) et de consolider ainsi l'ancrage territorial des productions bovines", a ajouté le représentant de cette entreprise auvergnate.

Doté d'un budget de 1,5 million d'euros sur deux ans, le projet réunit également des chercheurs de l'INRA de l'Unité de recherche Herbipôle de Theix, près de Clermont-Ferrand.

avec AFP
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cop21 environnement société écologie agriculture économie