Coronavirus : offrez du porte-bonheur aux soignants pour soutenir la filière du muguet nantais

"Offrir son brin de muguet à un soignant" faute de réseau de distribution normal, c'est la solution imaginée par Éric Harrouët pour sauver l'acticité de son entreprise et par conséquent l'emploi de celles et ceux qui travaillent toute l'année pour produire la fleur porte-bonheur, icône du 1er mai.

Offrir un brin de muguet aux personnels soignants et soutenir une filière de production du brin porte-bonheur, c'est l'idée d'Éric Harrouët producteur de muguet à Saint-Julien-de-Concelles en Loire-Atlantique
Offrir un brin de muguet aux personnels soignants et soutenir une filière de production du brin porte-bonheur, c'est l'idée d'Éric Harrouët producteur de muguet à Saint-Julien-de-Concelles en Loire-Atlantique © copie d'écran Lilyval
"Offrir son brin de muguet à un soignant", c'est la belle idée d'Éric Harrouët à Saint-Julien-de-Concelles en Loire-Atlantique. Le maraîcher des bords de Loire réalise 20% de son chiffre d'affaire annuel avec le muguet du 1er mai.

"Cette année le muguet est splendide, longues tiges, belles clochettes, parfum soutenu." "Impossible de ne pas le couper, c'est le travail de toute une année pour de nombreuses personnes pour le produire, avec un seul objectif, vendre le muguet en un seul jour ! Le 1er mai !" 

Ne pas cueillir le muguet c'était se mettre en difficulté, le cueillir c'était prendre un risque ! Éric Harrouët l'a pris. Ne pas vendre ses brins porte-bonheur aurait été un crève-cœur. Il a 2 millions de brins et 170 000 pots qui n'attendent que de pouvoir exprimer leur délicieux parfum.

"Nous vendons 15% de notre production à la grande distribution, elle a joué le jeu en ce moment, et en a même pris un peu plus, mais pour le reste, le réseau des fleuristes ayant disparu, il a fallu trouver en urgence une solution pour vendre notre muguet."
Lilyval, 2 millions de brins de muguet prêts pour le 1er mai
 

Un site web pour offrir du muguet aux soignants

Alors, plein de ressource et d'imagination, Éric Harrouët a sollicité l'aide de son prestataire informaticien. Celui-ci a créé en 2 jours avec son équipe de développeurs, un site web de vente du muguet en ligne : unbrindesolidarite.fr

Le concept est original, il s'agit pour l'acheteur d'offrir un brin porte-bonheur à un soignant. En ces temps de covid-19, autant que ce symbole apporte bonheur et réconfort à celles et ceux qui sont en première ligne.

3, 5 ou 8 euros, l'acheteur offre son brin de muguet à un inconnu. Le producteur s'engage à le livrer avec l'aide d'un opérateur de transport frigorifique pour l'acheminement et celle de la Croix-Rouge française pour la distribution.

Pas question d'entrer dans les hôpitaux en ce moment pour offrir les brins de muguet individuellement, alors la vénérable institution les distribuera aux personnels, quand ils quittent leur travail. En retour, l'acheteur recevra un e-mail après le 1er mai pour lui indiquer dans quel établissement son geste a été reçu.
"À priori ce sont des hôpitaux parmi les régions les plus touchées par le virus, Île de France et Grand est."

Les ventes décollent doucement, Éric Harrouët compte sur la dynamique des réseaux sociaux pour faire avancer son initiative. 10% des achats iront soutenir la recherche contre les maladies infectieuses.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter