Coronavirus : un premier avion affrété pour les Français coincés au Cambodge, deux Nantais concernés

Depuis le 16 mars, Simon et Julie essayent de quitter le Cambodge pour rentrer en France. Ils ont déjà dépensé 3 300 euros et réservé des billets pour 5 vols, mais tous ont été annulés. Aujourd'hui, ils espèrent que l'ambassade va les rapatrier. 
Simon et Julie sont arrivés au Cambodge le 9 mars dernier.
Simon et Julie sont arrivés au Cambodge le 9 mars dernier. © DR Simon Hautcoeur
Leur vol retour devait partir le 26 mars, il a été annulé mercredi dernier. Depuis, Simon Hautcoeur et Julie Lebrun ont dépensé plus de 3 000 euros pour essayer de rentrer chez eux à Nantes, mais ils n'ont toujours pas pu monter dans un avion. "On a décidé d’arrêter d’acheter des vols parce que la plupart des pays où il y avait des escales ont fermé leurs frontières et aujourd'hui, les prix atteignent des sommets…. On a regardé ce matin : pour rentrer lundi prochain le prix est à 2 000 euros par personne."Après avoir passé un mois au Vietnam puis au Laos, les voyageurs sont arrivés le 9 mars dernier au Cambodge. Aujourd'hui, ils sont à Siem Reap et s'inquiètent du changement d'ambiance : "Il n'y a presque plus de touristes au Cambodge...seuls restent ceux qui sont coincés. Les Cambodgiens gardent le sourire mais ils nous supplient presque d’acheter des choses….on a un peu peur de comment ça peut tourner", explique Simon.

91 cas de Covid-19 dont 34 Français

Selon le site Khmer Times, il y a désormais 91 cas avérés de covid-19 au Cambodge. Parmi eux, 34 sont Français. Depuis mardi 17 mars, les voyageurs étrangers en provenance de France, d’Italie, d’Espagne, d’Allemagne, des Etats-Unis et d’Iran ne sont plus autorisés à entrer sur le territoire cambodgien.

Un avion affrété pour le 26 mars

En contact avec l'ambassade de France au Cambodge, le couple attend maintenant qu'on leur propose une solution. Mais le temps presse, leur visa expire début avril. Et ils ne sont pas les seuls. Pour s'échanger leurs informations, les Français coincés au Cambodge ont créé un groupe Whatsapp. Plus de 250 personnes y participent.À l'heure où nous publions cet article, l'ambassade vient de proposer un vol spécial pour rapatrier les Français au départ de Phnom Penh jeudi 26 mars. Mais sur le groupe Whastapp, c'est un peu la panique puisque selon la publication de l'ambassade, "les billets seront attribués sur la base "premiers arrivés premiers servis".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société transports aériens économie transports témoignage