Covid-19 en Pays de la Loire : une légère embellie, mais "la pression sur les services reste très forte"

Les premiers effets du ralentissement de l'épidémie commencent à se faire sentir dans certains services de réanimation des hôpitaux, notamment en Sarthe et en Maine-et-Loire. Les taux d'incidence et de positivité à la Covid-19 sont en baisse mais la situation dans les Ehpad reste préoccupante.

Le CHU d'Angers, septembre 2020
Le CHU d'Angers, septembre 2020 © France Televisions - Jérémy Armand
Selon les chiffres publiés par le dernier bulletin de l'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire la progression de l'épidémie semble trés légérement ralentie.

Les indicateurs des chiffres clés de la progression de l'épidémie sont plutôt positifs.

Ainsi le taux de positivité à la Covid-19 est en baisse.

Il se situe à 13,3% de personnes positives à la Covid-19 pour cent cas testés (contre 14,7% précédemment).

Par département , ce taux de positivité donne les résultats suivants :12,4 % contre 14,0 %15,8 % contre 16,6 %15,7 % contre 18,5 %13,8 % contre 14,7 % 11,0 % contre 12,6 %


Et le taux d'incidence (c'est à dire le nombre de personnes positives pour 100 000 habitants) fait aussi une chute à 198, 4 contre 285, 2 cas précédemment.

Par département ce taux d'incidence s'étale comme suit :185,8 contre 288,9233,5 contre 326,1247,2 contre 292,4188,3 contre 254,7169,7 contre  250,3
"Le plus important", selon le Docteur Pierre Blaise, directeur scientifique à l'ARS des Pays de la Loire, "c'est que le taux d'incidence est en train de baisser".

"On a atteint un pic le 4 novembre et on a l'impression que l'incidence des nouveaux cas baisse. Comme le taux de positivité également, précise-t-il, alors qu'on n'a pas baissé la garde sur le nombre de tests qui est même plutôt en augmentation avec les tests antigéniques"


Un mieux en réanimation dans deux départements

Le nombre de personnes prises en charge dans les hôpitaux de la région pour la Covid-19 est toujours en augmentation.

1 065 patients sont hospitalisés en Pays de la Loire selon le dernier bulletin publié par l'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire le 17 novembre. Le 12 novembre ils étaient 1 044.

Mais une embellie commence à se fait sentir par une légère baisse du nombre de patients les plus graves, ceux admis en réanimation.

Ils sont 159 patients actuellement hospitalisés en réanimation, contre 164 il y a une semaine. 26 patients viennent de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Par département, si la Loire-Atlantique, la Mayenne et la Vendée voient encore leur chiffres d'hospitalisés en réanimation à la hausse, les départements du Maine-et-Loire et de la Sarthe voient ce chiffre baisser, en revanche.

En Maine-et-Loire, 276 patients dans les services de réanimation contre 286 sont lors du bulletin précédent.

En Sarthe 190 patients sont toujours en service de réanimation contre 193 il y a une semaine.

Faut-il se réjouir de cette légere embéllie dans certains services de réanimation ?

"Mécaniquement on sait que ça va avoir un impact sur le nombre d'hospitalisations en réanimation, détaille Pierre Blaise, mais attention, du fait du délai variable de séjour dans les services de réanimation (environ 3 semaines pour les cas lourds) cet impact va être lissé sur l'hôpital".

On observe un début de ralentissement dans ces services mais on reste extrêmement prudent car c'est très variable d'un jour à l'autre

Dr Pierre Blaise

"On est prudent mais relativement confiant uniquement si, et seulement si, le degré de confinement reste au même niveau, alors on devrait voir les entrées en réanimation commencer à baisser", poursuit le médecin.

"Comme on a de la marge par rapport au nombre de lits qu'on a armés et qu'on a commencé une déprogrammation (NDLR: de 20 %) des opérations non essentielles on a bon espoir d'éviter la saturation en réanimation".

 

Toujours une très forte pression  

Mais attention, prévient le directeur scientifique de  l'ARS des Pays de la Loire, cette légère embellie ne signifie pas qu'on doit oublier la très forte pression actuelle sur les services de réanimation.

"Il ne faut pas oublier que le nombre de lits disponibles en réanimation est le double par rapport à celui en situation normale" prévient Pierre Blaise qui ajoute "La pression sur les services reste donc très forte"

Le taux de R0, ce fameux indicateur qui donne le nombre de personnes qu'un individu atteint de la Covid-19 peut contaminer, est lui aussi en baisse, selon le directeur scientifique de l'ARS.

Pierre Blaise avance prudemment : "On est probablement actuellement autour de 0,9, en tout cas autour de 0,8 et 1,1" car ajoute-t-il, ce chiffre, complexe à déterminer, est calculé à partir de 3 indices différents.

Le directeur scientifique de l'ARS avoue aussi se méfier d'un discours "trop" positif sur le confinement qui est en train de produire ses effets.

"Si cette phrase a pour conséquence un relâchement diffus de l'ensemble de la population qui entend ce message et se dit "ce n'est peut être pas si grave" , soit le ralentissement va freiner, soit ça va repartir".

Le responsable scientifique appelle, plus que jamais,  au respect strict des gestes barrières, au dépistage et aux mesures de suivi et d'isolement.

D'autant que les malades âgés sont toujours touchés en masse.  

Le nombre de malades en Ehpad en hausse

La situation dans les Ehpad reste préoccupante avec 7 975 résidents résidents touchés à ce jour dans les établissements de soins pour les personnes âgées de la région.

Il y a 318 personnes décédées en Ehpad selon le dernier bulletin de l'ARS.

Ce nombre est en augmentation.

Lors du dernier bulletin, l'ARS relevait 7 494 résidents d'Ehpad positifs à la Covid-19 pour 309 résidents décédés en Ehpad.

A ce jour, 786 personnes sont décédées de la Covid-19 depuis le début de l’épidémie en Pays de la Loire.









.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé