De Nantes à Paris, la SNCF va lancer des Ouigo roses, des trains pas chers et à petite vitesse

Des trains grandes lignes classiques, roses, à bas prix sur Paris-Lyon et Paris-Nantes, c'est la nouvelle offre de la SNCF prévue au printemps 2022. Objectif : faire revenir les français dans les trains. Le Mans, Saumur et Angers seront desservis par une nouvelle filiale de la SNCF.

 

"Ouigo Vitesse Classique", c'est le nouveau label low cost de la SNCF pour les grandes lignes. Cette marque proposera trois allers-retours entre Paris-Austerlitz et Nantes, et deux allers-retours quotidiens entre Paris-Bercy et Lyon-Perrache. Des trains rénovés, peu rapides, avec de nombreux arrêts, mais peu chers.

Le Paris - Nantes partira de la gare d'Austerlitz et rejoindra Nantes par deux itinéraires possibles, soit via Juvisy, Massy-Palaiseau, Versailles, Chartres, Le Mans et Angers, soit via Juvisy, Les Aubrais, Blois, Saint-Pierre-des-Corps, Saumur et Angers, le tout en 3 heures 30 à 4 heures 15.

Le Paris - Lyon-Perrache partira de la gare de Paris-Bercy,  via Villeneuve-Saint-Georges, Melun, Dijon, Chalon-sur-Saône et Mâcon en 4 heures 45 à 5 heures 15 de bout en bout.

Des Corail roses

Ces liaisons à classe unique seront assurées par des voitures Corail rafraîchies et repeintes en rose, "avec des prix très bas et fixes, jusqu'au dernier moment", a souligné Alain Krakovitch, le directeur de Voyages SNCF (les grandes lignes).

 

Comme pour les TGV Ouigo, les billets seront uniquement commercialisés sur internet : ils coûteront entre 10 et 30 euros selon la période - en pointe ou heures creuses - et la destination, et 5 euros pour les enfants, avec des options comme pour les bagages.

L'ambition est de vendre 65% des billets à moins de 20 euros, selon M. Krakovitch. "C'est du train en plus. Notre objectif, c'est vraiment de prendre des parts de marché à la route" - FlixBus, BlaBlaCar et voitures individuelles -, a expliqué Christophe Fanichet, le PDG de SNCF Voyageurs (la filiale qui fait rouler les trains).

Ouigo Vitesse Classique sera exploité par une nouvelle filiale à 100% de SNCF Voyageurs, baptisée Oslo et employant "près de 80 personnes" (volontaires), avec une utilisation plus intensive du matériel et une réorganisation du travail rendant les agents plus polyvalents.

L'objectif est que cette "expérimentation" soit rentable en deux ans, selon Christophe Fanichet. Il s'agit d'"augmenter le nombre de Français et d'Européens qui prennent le train".

Le wifi dans les TGV Ouigo

Voyages SNCF a également fait jeudi un point sur la marche des TGV Ouigo, qui malgré le Covid-19 ont été remplis à 90% cet été. "Quatre millions de voyageurs ont pris un Ouigo en juillet et août. C'est près de 20% de plus qu'en 2019", s'est félicité Stéphane Rapebach, directeur général de Ouigo.

Le TGV à bas coût de la SNCF devrait atteindre en 2023 Brest, Quimper, La Rochelle et Perpignan au départ de Paris. La compagnie promet de nouvelles destinations à partir de 2025, grâce à la transformation en Ouigo de 12 TGV supplémentaires, qui s'ajouteront aux 38 rames déjà en service.

Pour l'heure, elle va lancer une option "Ouigo Plus", plus chère, comprenant toutes les options habituellement payantes : bagage, wifi où il est disponible, choix de la place et embarquement au dernier moment.

"Les 38 rames Ouigo sont équipées progressivement du wifi et le seront toutes fin 2022", assure la SNCF.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports