Déconfinement : à La Baule, Pornichet, Pornic les plages basculent en mode bronzette

Soleil, long week-end, toutes les conditions étaient réunies. Sur la côte atlantique, à Pornichet et à Pornic, il y avait du monde sur le sable. Oubliées les activités dynamiques. Serviettes étalées, bronzette, sur les plages du littoral c'est comme si tout était déjà revenu comme avant.

A la Baule, oubliées les plages dynamiques. Place à la bronzette, comme avant, ou presque.
A la Baule, oubliées les plages dynamiques. Place à la bronzette, comme avant, ou presque. © Stéphanie Pasgrimaud-France Télévisions
Il a fait chaud ce week-end, très chaud. Alors forcément la tentation était grande. Et cela n'a pas raté. Les plages du littoral ont été prises d'assaut. Et pas en mode dynamique mais bel et bien en mode lézard et bronzette. 


"A Pornic, les gens sont raisonnables"

A Pornic, "depuis le début on a beaucoup de mal à appliquer les règles imposées par le gouvernement. Hier, j'ai fait le tour des plages. Il y avait du monde sur les serviettes mais les gens se mettent à distance les uns les autres, par groupes indépendants. Donc c'est mieux que rien. Je trouve les gens raisonnables. A 24 heures près c'est difficile de dire il est interdit de s'allonger. Quand c'est annoncé c'est annoncé...C'était intenable dès le départ, impossible d'interdire de se poser sur le sable. Il fallait de toutes façons rouvrir. C'était la seule chose à faire pour nous les collectivités", explique Jean-Michel Brad

"Il n'y a pas eu d'amendes dressées sauf pour des comportements insultants. Je ne parle là que de la police municipale, je n'ai pas eu de retour de la gendarmerie. Pas de verbalisation massive donc, mais beaucoup de pédagogie de la part de nos équipes", ajoute l'élu.

Avec les chiffres annoncés, la sérénité revient même si l'été sera particulier et ne ressemblera à aucun autre.

Beaucoup de choses doivent être repensées. Il y a les quais piétons qui sont une nouvelle donne pour respecter la distanciation sociale. On a changé le programme des animations qui se dérouleront au fil de l'eau. Les marchés qui étaient concentrés dans des rues étroites ont étaient déplacés sur une place plus grande. Les retours sont bons pour l'instant. Mais on a encore des calages à faire, notamment au niveau des horaires - Jean-Michel Brard, maire de Pornic

A Pornic, les voitures ne circulent plus sur les quais.
A Pornic, les voitures ne circulent plus sur les quais. © Mairie de Pornic
Durant le week-end de la Pentecôte, les samedi, dimanche et lundi, l'accès aux quais est donc autorisé uniquement aux piétons de 14h à 19h afin de permettre une reprise de l'activité tout en garantissant les mesures de distanciation physique.


Les quais piétonnisés

Lucas Sorin est artisan glacier sur les quais de Pornic : "La piétonnisation nous l'attendions depuis plusieurs années. Cela fait 20 ans que l'on est commerçant ici. Et ça fait 5 ans que l'on se bat pour que cette piétonnisation entre en vigueur. Nous sommes une cité balnéaire qui accueille majoritairement des citadins, des nantais et des parisiens. Il vivent à longueur d'année dans les embouteillages et la pollution.  Nous on veut leur offrir un espace de respiration" 

Il y a eu beaucoup de freins contre ce projet. En fait il a été imposé par le coronavirus. Au bout d'un mois de fonctionnement on se rend compte que c'est quelque chose d'extrêmement bénéfique. Ce sera délicat de l'imposer sur le long terme, c'est un combat politique. Les commerces, comme les boulangeries ou les fleuristes qui ont une activité liée à la circulation, seront peut-être pénalisés dans un premier temps mais il faut passer ce cap - Lucas Sorin, artisan glacier 


"Si on regarde sur le mois de mai notre chiffre d'affaires a augmenté de 30%. Mais les restaurants et les bars sont fermés, les gens ne peuvent pas s'asseoir en terrasse c'est peut-être aussi lié à ça. On a pourtant rouvert que le 11 mai", ajoute le glacier.


Passer à autre chose...

"Sur un week-end de 3 ou 4 jours je trouve qu'il n'y a pas grand monde même devant les commerces comme les poissonnerie ou les boulangeries. Normalement c'est blindé. Là ça s'agite un peu parce qu'il est midi", constate un passant.

"Nous avons les masques dans nos sacs. Si on rentre dans une boutique, nous les mettons. C'est parce que là on marche librement qu'on ne les porte pas", précise son épouse.

"Et puis c'est agréable de pouvoir respirer sans avoir de la buée sur les lunettes ! Et passer à autre chose, essayer d'oublier ça, je crois que tout le monde en a envie", conclut monsieur.
Les quais de Pornic ont été piétonnisés pour un meilleur respecter des distances.
Les quais de Pornic ont été piétonnisés pour un meilleur respecter des distances. © Mairie de Pornic


Surveillance impossible

Si les maires de la côte s'étaient tous mobilisés pour une réouverture rapide, tous savaient qu'il serait impossible de surveiller et de contrôler les contrevenants.
Météo estivale, week-end prolongé, tous les ingrédients sont réunis pour se prélasser au soleil.
Météo estivale, week-end prolongé, tous les ingrédients sont réunis pour se prélasser au soleil. © Stéphanie Pasgrimaud-France Télévisions
A la Baule, à pied ou à cheval, la brigade équestre était de sortie ce week-end, impossible donc de faire respecter les régles, la plage est redevenue statique. Même constat à Pornichet. L'heure est au plaisir retrouvé de se prélasser sur le sable. Finis les joggings les pieds dans l'eau et les étirements au petit matin. Et pour se poser à l'ombre d'un parasol, tous les pretextes sont bons : " Avec ma petite fille je n'ai pas vraiment le choix. Son petit bonheur, c'est deux seaux remplis d'eau et puis de jouer avec. Donc là comme on habite pas très loin on est venu faire un tout petit tour. On va remonter donc on ne s'installe pas vraiment. On met le parasol parce que pour nous c'est important. Avec les enfants c'est pas facile le dynamique! On s'adapte comme on peut. Nous sommes quand même relativement éloignés des autres, on peut se le permettre", explique une mère de famille.

"Il y a quand même beaucoup moins de monde que pour un long week-end normal. D'ordinaire le sable est complétement plein. Il y certainement encore des hésitations par rapport au Covid-19, notament pour les gens qui viennent de loin. Pour les distanciations ça va être compliqué cet été. On verra, on habite à côté", témoigne cet autre riverain de la plage.

En rouvrant les plages, les maires savaient d'emblée qu'il serait illusoire de gérer l'affluence et d'appliquer les consignes à la lettre. Preuve en est une quarantaine d'amendes à 135 euros ont été dressées pour le seul week-end de l'ascension sur les 3 plages de Pornichet.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société mer nature coronavirus santé loisirs sorties et loisirs
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter