Disparition d'Emiliano Sala : la police britannique ne poursuivra finalement pas un suspect

Quittant Nantes pour Cardiff, son avion s'était craché en mer, entrainant Emiliano Sala dans la mort. La police britannique annonce sa décision de ne pas poursuivre un suspect brièvement arrêté l'an dernier pour homicide involontaire dans l'enquête sur la mort du footballeur argentin.

Ce mardi 21 janvier, date anniversaire de la mort d'Emiliano Sala, un portrait du joueur a été installé sur les grilles de la Beaujoire
Ce mardi 21 janvier, date anniversaire de la mort d'Emiliano Sala, un portrait du joueur a été installé sur les grilles de la Beaujoire © Vincent Raynal-France Télévisions
"La police ne demandera pas d'inculpation pour homicide involontaire" à l'encontre d'un suspect de 64 ans, a déclaré le détective Simon Huxter, de la police du Dorset dans le sud de l'Angleterre.

Le quotidien The Times avait identifié le suspect arrêté fin juin 2019, puis relâché la même journée, comme le pilote privé David Henderson. Selon le journal, c'est lui qui avait joué le rôle d'intermédiaire pour organiser le vol fatal au joueur argentin, sans pour autant être aux commandes le jour du crash.  

Le petit avion privé transportant Emiliano Sala et son pilote, David Ibbotson, s'était abîmé dans la mer de la Manche le 21 janvier 2019 alors que l'attaquant du FC Nantes rejoignait le club de Cardiff où il venait d'être transféré.

Le corps du footballeur de 28 ans, dont la disparition avait profondément ému le monde du football, avait été retrouvé dans la carcasse de l'appareil, plus de deux semaines après l'accident, à 67 mètres de profondeur. Le corps du pilote de 59 ans n'a pas été retrouvé.

Selon l'autopsie, Emiliano Sala est décédé des suites de "blessures à la tête et au tronc".

"L'enquête sur la manière dont a été géré le vol continue", a cependant précisé la police du Dorset, qui a promis de "continuer d'aider" l'Autorité de l'aviation civile (CAA) et ses propres investigations.

Le bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB), qui avait établi que cet avion n'était pas autorisé à effectuer des vols commerciaux, doit publier son rapport ce vendredi.

avec AFP
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fc nantes football sport disparition faits divers aviation aéronautique