Extension de l'aéroport Nantes-Atlantique : la lettre de mission qui fâche

L'aéroport Nantes Atlantique (été 2017) / © France 3 Pays de la Loire
L'aéroport Nantes Atlantique (été 2017) / © France 3 Pays de la Loire

Francis Rol-Tanguy, celui qui avait été le "Monsieur Fessenheim" du gouvernement, vient de se voir confier une mission de six mois par la ministre des Transports Elisabeth Borne pour suivre le dossier de l'extension de l'aéroport de Nantes-Atlantique.

Par Fabienne Béranger

La lettre de mission adressée par Elisabeth Borne à celui qui avait été le "Monsieur Fessenheim" du gouvernement, lui donne le cap à suivre pour les six prochains mois.
Parmi les grands axes de cette mission fixés par la ministre des Transports, trois chantiers visant "à optimiser l'usage de l'aéroport de Nantes-Atlantique, à mettre en réseau les aéroports régionaux, à s'appuyer sur les lignes ferroviaires à grande vitesse pour rejoindre les plateformes aéroportuaires parisiennes". 

Un bémol pour Jean-Claude Lemasson : le maire de Saint-Aignan de Grand Lieu, commune directement impactée par l'extension de l'aéroport Nantes-Atlantique, regrette que "seule une phrase semble faire allusion à la commune : "Vous étudierez les mesures qu'il convient de mettre en oeuvre pour insonoriser les logements des riverains de Nantes-Atlantique et pourrez envisager le recours à un droit de délaissement."

Même constat amer chez le député breton Marc Le Fur. "Pas un mot sur la N164. Pas un mot sur le chemin de fer au-delà de Rennes. Les mots de Brest et Quimper ne sont même pas cités ! Les vrais sujets n'apparaissent pas. C'est la confirmation de l'abandon de toute initiative au-delà de Rennes. Et le paradoxe, c'est qu'on parle d'Angers...", a-t-il constaté auprès de nos confrères du Télégramme.

"Dans ce contexte, la commune de Saint-Aignan de Grand Lieu s'inquiète que les promesses formulées le 17 janvier dernier soient déjà oubliées", précise la mairie dans un communiqué qui annonce avoir sollicité une audience auprès du Premier ministre Edouard Philippe.




Ce que dit la lettre de mission

Dans cette lettre de deux pages, Elisabeth Borne confie à Francis Rol-Tanguy, "une mission visant à appuyer les collectivités territoriales et à faire émerger, avec elles, un " projet stratégique pour les mobilités du grand ouest".
Les fondements de ce projet se feront "sur les propositions formulées par les élus et portera à la fois sur les échelles interrégionale, régionale et métropolitaine."

"Entant que chargé d'une mission de haut niveau, en concertation avec les préfets de région concernés, vous entendrez notamment les élus des régions Pays de la Loire et Bretagne, les présidents des Conseils départementaux, les élus des métropoles de Nantes-Saint-Nazaire et de Rennes, les élus des communes riveraines de Nantes-Atlantique, ainsi que les principaux acteurs économiques."

La lettre précise que "l'Etat sera un partenaire de ce projet stratégique pour les mobilités et devra s'engager dans sa mise en oeuvre, aux côtés des collectivités."

Sur le même sujet

Archive avril 2015 : arrêt projet la médiathéque

Les + Lus