• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Le chirurgien accusé de pédophilie a exercé à l’hôpital d’Ancenis

Soupçonné d'avoir agressé 200 enfants, souvent dans les salles de réveil des hôpitaux où il exerçait, le Dr Le Souarnec sera jugé à Saintes, en Charente-Maritime. Il avait été, un temps, employé à l'hôpital d'Ancenis.

Par Olivier Quentin

L’enquête se poursuit concernant les accusations de pédophilie à l’encontre de ce chirurgien de Jonzac, en Charente-Maritime.

Le Dr Joël Le Scouarnec, chirurgien retraité est actuellement en détention après des plaintes pour viol sur quatre mineures. Mais les enquêteurs soupçonnent que l’homme ait fait des dizaines d’autres victimes au fil de ses affectations.

Le praticien n’a pas seulement exercé en Charente-Maritime mais aussi en Bretagne, en Touraine et également à l’hôpital d’Ancenis, en Loire-Atlantique.
L’homme avait déjà été condamné en 2005 pour avoir visionné et téléchargé des images pédophiles mais il avait continué d’exercer sa profession.

Et puis une nouvelle plainte pour exhibitionnisme en avril 2017 a conduit la police à perquisitionner chez lui et découvrir des carnets dans lesquels Joël Le Scouarnec évoque des actes pédophiles.

Depuis, le dossier s’est alourdi. Le chirurgien devrait passer devant la Cour d’Assises de Charente Maritime en 2020 pour "agression sexuelle par personne abusant de l’autorité conférée par ses fonctions" car il est accusé d’avoir abusé de plusieurs enfants alors qu’il se trouvaient en salle de réveil dans les établissements où il exerçait.

L'arrêté de renvoi mentionne aussi les chefs d'accusation d'agression sexuelle incestueuse sur mineur de moins de 15 ans par personne ayant autorité et la consultation et la diffusion d’images d’un mineur à caractère pornographique.

Parmi les affectations du Dr Le Scouarnec, il y a eu à plusieurs  reprises l’hôpital d’Ancenis entre 2004 et 2017.

 

Il a remplacé le chirurgien titulaire pendant ses congés




Dans un communiqué, la direction de l'établissement confirme qu'elle a été sollicitée par les enquêteurs de la gendarmerie :

"Le Centre Hospitalier Erdre et Loire confirme que le chirurgien exerçant dans l’Ouest et soupçonné de pédophilie, est intervenu ponctuellement dans l’établissement. Il a remplacé le chirurgien titulaire pendant ses congés et certains week-ends entre 2004 et début 2017. Il est à noter que le Centre Hospitalier d’Ancenis n’a pas de service pédiatrique et que les interventions étaient le plus souvent à caractère urgent. Le personnel médical et soignant est particulièrement affecté par cet évènement, ce qui a conduit la Direction à organiser un temps d’échange et à proposer un soutien psychologique. La Direction a par ailleurs répondu à l’enquête de gendarmerie et ne dispose pas d’information plus précise à ce jour."

La Direction conclut en se tenant à la disposition des familles qui le souhaitent.




 

Sur le même sujet

travaux pont de Cheviré

Les + Lus