Château-Thébaud près de Nantes : 60 emplois supprimés, l'entreprise Bricfruit fermera d'ici l'été

La fermeture de Bricfruit à Château-Thébaud en Loire-Atlantique a été officiellement annoncée aux salariés au cours d'un CSE central les 1er et 2 avril 2021. La fermeture du site et la disparition des soixante emplois est confirmée.

L'entreprise Refresco Bricfruit va fermer son usine de Château-Thébaud en Loire-Atlantique et supprimer 60 emplois
L'entreprise Refresco Bricfruit va fermer son usine de Château-Thébaud en Loire-Atlantique et supprimer 60 emplois © google maps


"Nous avons été rachetés par Refresco il y a un an, et depuis, on voit bien que le boulot ne va pas bien". Cet ancien de la maison qui travaille ici depuis plusieurs années, et témoigne sous couvert d'anonymat a "mis en briques" des jus de fruits sous la marque Pressade au temps du groupe Besnier Lactalis, puis, après la vente de l'usine, pour des marques distributeurs comme Lidl, Super-U, Leclerc ou Auchan. Et bientôt plus rien. La production s'arrêtera fin mai.

L'entreprise est spécialisée dans "l'embouteillage" de jus de fruits en "briques carton". Elle emploie soixante salariés à Château-Thébaud, au sud de Nantes.

"Quand ils nous ont rachetés il y a un an, on avait ben compris que c'était pour nous fermer. Ils ont toujours refusé de mettre à niveau l'outil de production. Encore plus depuis qu'on a découvert que Refresco avait investi 110 millions d'euros dans une usine au Quesnoy" (Nord).

 

La "brique carton" en décroissance

Refresco indique que le marché des jus de fruits est sous tension et en régression continue, -5% de 2018 à 2020. Selon ses estimations, "cette décroissance devrait se poursuivre voire s'accélérer les trois prochaines années". Les conditionnements en "briques carton" n'auraient plus les faveurs du public. Paradoxal à une époque de recyclage et de réflexion collective sur les emballages et la consommation.

L'entreprise J&C, la filiale de Refresco pour les emballages carton, projette la suppression de 79 emplois en France, dont les soixante de Château-Thébaud. 

"Ce projet va faire l'objet d'un processus d'échange avec les représentants du personnel au cours de deux prochains mois" indique la direction dans un communiqué. La société a recherché un repreneur potentiel comme l'y oblige la Loi, et elle proposera à "chaque salarié concerné les mesures les plus adaptées pour l'accompagner dans sa mobilité interne au sein du groupe Refresco ou externe"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie