Déconfinement à Pornichet et Saint-Nazaire : le remblai fait la part belle au vélo

Les communes de Pornichet et Saint-Nazaire l'ont fait, La Baule non. Pas encore. La voiture a perdu la moitié de sa place sur le front de mer. Une place gagnée par les vélos qui laissent ainsi plus de place aux piétons sur l'espace en bord de mer. Un réel succès pour une solution provisoire.

Retirer une moitié du remblai aux voitures pour la donner aux piétons, cyclistes et rollers, cette mesure provisoire a été couronnée de succès. Calme, sécurité et vue sur mer.
Retirer une moitié du remblai aux voitures pour la donner aux piétons, cyclistes et rollers, cette mesure provisoire a été couronnée de succès. Calme, sécurité et vue sur mer. © France Televisions C.François
Le rendu n'est pas le même suivant qu'on circule à Saint-Nazaire ou Pornichet, en voiture. Mais dès lors qu'on devient piéton, cycliste, skate boarder ou adepte du roller ou de la trottinette, on voit la vie différemment.
 

Le cas de Saint-Nazaire

Rencontré à l'occasion d'une cérémonie aux monuments aux morts, le maire, David Samzun, nous explique que l'aspiration à laisser encore plus de place au vélo fait partie des demandes des Nazairiens. Une demande jugée légitime tant elle apporte à tous.

Alors, voilà quelques semaines, la décision a été prise de retirer une voie aux voitures sur le boulevard de mer et de la concéder aux vélos. Il en résulte une circulation d'est en ouest pour les automobilistes et une à double sens pour les cyclistes.

Schéma de circulation des voitures

Schéma de circulation des vélos


L'avantage est double pour les deux roues sans moteur : ils disposent d'un vrai morceau de route, en bon état, et ils peuvent longer le boulevard de mer dans un sens comme dans l'autre. 

Autre gain non négligeable : sur le terre-plein qui a fait le succès du front de mer, l'affluence commençait à générer des problèmes de cohabitation entre piétons en balade et sportifs à roulettes, entre enfants débutants et cyclistes sur vélo électrique.

La place nouvellement gagnée permet de libérer de l'espace pour une meilleure cohabitation entre tous les usagers du front de mer non motorisés. Quand aux déplacements à vélo en semaine, l'objectif avoué se rapproche : le vélo ira bientôt plus vite que la voiture, à Saint-Nazaire.

Afin d’accompagner la montée en puissance de l’usage du vélo, la Ville et la Communauté d'agglomération vont augmenter les stationnements sécurisés pour les cycles. 20 box vélos individuels viennent d’être commandés. La collectivité va également multiplier l’installation d’arceaux provisoires pour accrocher les vélos.

Face au succès de l’offre de location longue durée de vélos électriques vélYcéo, la CARENE commandait, en février dernier, 600 vélos électriques de plus. 220 étant déjà réservés, la collectivité relance dès maintenant une nouvelle commande.
Le maire de Saint-Nazaire, sur le point d'assister à une cérémonie, explique le choix de la ville de réduire la place des voitures au profit des vélos et des piétons ainsi que des rollers, skate boards et autres trottinettes
Le maire de Saint-Nazaire, sur le point d'assister à une cérémonie, explique le choix de la ville de réduire la place des voitures au profit des vélos et des piétons ainsi que des rollers, skate boards et autres trottinettes © France Televisions C.François


L'exemple de Pornichet

À Pornichet, ce n'était au départ qu'une idée provisoire et de circonstance : comment accueillir un public resté confiné deux mois et qui veut voir la mer alors que la plage est fermée ? Devant ce cahier des charges, les élus de Pornichet, avec à leur tête Jean-Claude Pelleteur le maire réélu dès le premier tour des municipales, ont décidé de fermer la voie du remblai située la plus proche de la plage et de la mer. Pour une déambulation aérée et distanciée du public.

Oui, mais voilà. Le préfet accorde une dérogation à plusieurs communes du département de Loire-Atlantique et les plages sont à nouveau accessibles, avec les règles sanitaires de circonstances, certes, mais les plages sont ouvertes.

Le besoin n'est plus le même, mais l'envie de laisser le dispositif en place est bien là. Le succès est immédiat. Les voitures circulent en sens unique le long des immeubles, à la queue leu leu, tandis que les cyclistes, les familles et leurs poussettes et les rollers débutants découvrent un espace de promenade extraordinaire de calme et de sécurité, avec vue sur mer.
La partie du remblai la plus proche de la mer, à Pornichet, a été fermée aux voitures, à titre provisoire, au moment du déconfinement. Mais le succès rencontré préfigure sans aucun doute du remblai dans sa version 2021/2022.
La partie du remblai la plus proche de la mer, à Pornichet, a été fermée aux voitures, à titre provisoire, au moment du déconfinement. Mais le succès rencontré préfigure sans aucun doute du remblai dans sa version 2021/2022. © France Televisions C.François


Mais ça ne va pas durer

Contacté par téléphone, le maire nous explique la raison d'être de ce dispositif. Il n'est que provisoire, car pris en urgence, la décision de déplacer la circulation des voitures a aussi déplacé les problèmes. Bruit, insécurité routière, les habitants des rues à l'arrière du front de mer ont vu ''débouler'' un nombre conséquent d'automobilistes pas tous réjouis des nouvelles règles du jeu.

Le dispositif est donc prévu pour durer jusqu'au 2 juin, date à laquelle, le déconfinement pourrait être annoncé comme total si, d'ici là, la pandémie ne fait pas de retour menaçant parmi la population.

Devant notre étonnement, le maire nous explique à nouveau qu'un schéma routier ne se dessine pas en huit jours, même en ville, surtout en ville. Mais il reconnait aussi que ce schéma actuel et provisoire pourrait augurer de l'aspect du prochain front de mer commun aux communes de Pornichet et La Baule, à l'horizon 2021/2022.
La moitié du remblai interdite aux voitures sur le front de mer de Pornichet laisse la place belle aux vélos, trottinettes et autres poussettes. Une ambiance paisible y règne car les dangers se sont éloignés. Une initiative provisoire appelée à durer?
La moitié du remblai interdite aux voitures sur le front de mer de Pornichet laisse la place belle aux vélos, trottinettes et autres poussettes. Une ambiance paisible y règne car les dangers se sont éloignés. Une initiative provisoire appelée à durer? © France Televisions C.François
La Baule, la plus grande baie d'Europe, et son remblai redevenu bruyant après deux mois de trève. Le défilé permanent des grosses voitures et grosses motos a rapidement repris avec le déconfinement et le beau temps. Le maire n'a pas pris le même virage que son voisin. Sans doute en laisse-t-il le soin à la future équipe municipale, promise à lui succéder après le 28 juin, normalement. Il est vrai qu'Yves Métaireau a beaucoup donné durant la crise du Covid19, lui, le maire de 75 ans qui devait raccrocher le soir du 22 mars, après le second tour.

Le Covid19 nous a laissé deux mois confinés, deux mois aussi à réfléchir sur la place et la hiérarchie des choses dans la vie. Le vélo, dont les commandes explosent en France, semble incarner cette envie d'autre chose, a fortiori quand il fait beau et que l'on pédale, sans peine et sans montée, en regardant la mer.


> Le reportage de la rédaction
Le front de mer pour moitié réservé aux vélos et piétons, à Pornichet



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo économie transports déconfinement société coronavirus santé mer nature
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter