• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

A Guémené-Penfao en Loire-Atlantique, l'enquête publique sur l'extension de la porcherie prolongée

Comme en Vendée avec la porcherie du Poiroux les opposants au projet de porcherie à Guémené-Penfao dénoncent les risques pour la santé et l'environnement / © Patrick JAMES - MaxPPP
Comme en Vendée avec la porcherie du Poiroux les opposants au projet de porcherie à Guémené-Penfao dénoncent les risques pour la santé et l'environnement / © Patrick JAMES - MaxPPP

Les opposants au projet d'extension d'une porcherie à Guéméné-Penfao, près de Savenay, dénoncent un risque pour la santé en raison d'un danger de contamination de l'eau potable.

Par Vincent Calcagni

Ce n'est pas le premier projet de porcherie qui fait polémique dans ce secteur de la Loire Atlantique, au nord du département, dans une commune longée par la rivière la Vilaine et traversée par son affluent le Don.

En 2014 déjà, une association environnementale avait tenté de s'opposer en vain au projet d'extension d'une autre porcherie, située à 10 kilomètres de là.

Mais cette fois-çi la pétition mise en ligne a reçu un succès inattendu même par ses promoteurs: plus de 35 000 signatures en quelques jours.

Les signataires de la pétition dénoncent un risque pour la santé humaine en raison d'un danger de contamination de l'eau potable. Les céréales, comme le maïs, servent à nourrir les porcs. Elles sont traités par des pesticides qui peuvent se retrouver dans l'environnement.

On touche à un questionnement plus général des gens autour des pesticides, du glyphosate et des malformations de bébés constatés notamment en Loire Atlantique donc ça fait réagir, explique Laurent David adhèrent association Eaux et Rivières de Bretagne.


Selon lui, le projet d'extension déposé par la SCEA Saint-Yves auprès de la Préfecture de Loire Atlantique souhaite faire passer la production à 13 000 porcs par an.

Le Syndicat Intercommunal d'eau potable concerne 20 000 habitants et des 8 communes qui bordent l'exploitation. Ses usagers connaissent des gros problèmes d'eau potable avec des pollutions aux herbicides utilisés dans la production de mais. L'agence Régionale de Santé indique que ces taux dépassent les seuils limites de qualité, assure ce riverain.


De leur côté les promoteurs du projet assurent être dans la légalité pour cette extension dont l'examen par la Préfecture de Loire Atlantique fait l'objet d'une enquête publique qui doit s'achever le 17 octobre.

Nous demandons un report de 15 jours de la date limite de cette enquête et la tenue d'un débat public, renchérit Laurent David.


"La municipalité de Guémené, qui devait donner sa position ce soir (mercredi NDLR) a décidé de remettre au 7 novembre son vote sur cette extension", précisent les opposants au projet dans un communiqué.

Ils soulignent également que l'enquête publique concernant ce projet d'extension est prolongée jusqu'au 26 octobre prochain. Une réunion publique doit également avoir lieu le mercredi 17 octobre, à partir de 19 heures.

Les opposants appellent à un rassemblement samedi 13 octobre à 10h30 sur les prairies du Don à Guémené-Penfao.





 

Sur le même sujet

travaux pont de Cheviré

Les + Lus