Affaire Jonathan : le suspect Allemand mis en examen pour l'enlèvement et le meurtre du petit garçon

Martin Ney, un détenu allemand déjà condamné pour des faits similaires, a été mis en examen lundi soir pour l'enlèvement et le meurtre de Jonathan, 11 ans, en avril 2004. Le corps du garçon avait été retrouvé dans un étang près de Guérande, en Loire-Atlantique.

Une photo du petit Jonathan est déposée dans une voiture de la Gendarmerie nationale, le 12 avril 2004 à Saint-Brévin-les-Pins
Une photo du petit Jonathan est déposée dans une voiture de la Gendarmerie nationale, le 12 avril 2004 à Saint-Brévin-les-Pins © FRANK PERRY / AFP

Martin Ney, 50 ans, détenu en Allemagne, avait été remis aux autorités françaises vendredi dernier. Le principal suspect dans l'affaire Jonathan a été mis en examen pour "meurtre d'un mineur de moins de 15 ans et arrestation, enlèvement et séquestration, ou détournement arbitraire de mineurs de moins de 15 ans", a indiqué le parquet de Nantes.
    
Jonathan, originaire du Cher, avait disparu dans la nuit du 6 au 7 avril 2004 d'un centre de vacances de Saint-Brévin-les-Pins, dans le sud Loire. La corps du garçon de 11 ans avait été découvert
le 19 mai suivant, ligoté et lesté d'un parpaing, dans un étang proche de Guérande, à 25 kilomètres du lieu de l'enlèvement.

Un mandat d'arrêt européen avait été délivré contre Martin Ney, en octobre 2019.
L'hypothèse de sa responsabilité était, parmi d'autres, explorée de longue date par les enquêteurs et cette piste a été relancée en avril 2018 par des aveux indirects, entre détenus.

Le codétenu de Martin Ney avait alors affirmé avoir recueilli les aveux de ce criminel, déjà condamné à perpétuité en 2012 pour le viol et le meurtre de trois jeunes garçons.dans le nord de l'Allemagne. 
    
Selon Me Catherine Salsac, avocate de la mère de Jonathan, "les enquêteurs avaient trouvé des similitudes entre les modes opératoires" mais la procédure "s'est accélérée" après ses aveux à son codétenu.
    

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société