"La plage était devenue impraticable, trop pentue", les bulldozers en action à La Baule pour réparer les dégâts des tempêtes hivernales

durée de la vidéo : 00h01mn28s
Les bulldozers sont en action pour réparer les dégâts des tempêtes sur la plage de La Baule ©France Télévisions / Maïna Sicard-Cras, Frédéric Grunchec et Carole Mijeon

La grande plage de La Baule est interdite au public depuis une semaine. Les bulldozers sont à l'œuvre pour y transférer d'importants volumes de sable, partis avec les tempêtes de l'automne. Tout devrait être prêt pour la saison touristique.

Depuis une semaine, un ballet incessant de camions et tracteurs a remplacé les promeneurs le long des cinq kilomètres de la plage de La Baule, en Loire-Atlantique.

"S’ils font cela à chaque tempête, on n’a pas fini !"

Ce sont pas moins de seize engins qui, dans une chorégraphie désormais bien rodée, transportent des remorques de sable depuis le port de Pornichet à la plage bauloise.

"La plage était devenue impraticable, trop pentue ; pour aller se baigner, c'état même dangereux", explique un riverain qui assiste au spectacle depuis le remblai. "Tous les ans, c'est la même chose".

"On se demande si, à long terme, c'est utile", s'interroge un autre habitant. S’ils font cela à chaque tempête, on n’a pas fini !"

Avec les courants et les tempêtes de l'hiver, le sable de la baie se déplace sur les extrémités de la grande plage, vers Le Pouliguen et le port de Pornichet.

Un coût de 130 000 euros

En novembre et février derniers, des nivellements de plage avaient déjà été réalisés par la ville. "On a fait des relevés de géomètre et on a constaté qu'on avait perdu 25 000 m³ de sable en raison des tempêtes", explique Alain Doré, directeur des services techniques à la mairie de La Baule.

Une première phase de travaux a été effectuée la semaine dernière avec le nivellement des établissements de plage, en préparation de la saison touristique. "On fait actuellement le transfert de 8 000 m³ depuis le port de Pornichet, avant une phase de nivellement du sable", précise Alain Doré.

Les travaux de transfert de sable devraient se terminer en fin de semaine. Le coût de l'opération est évalué à 130 000 euros.

Reportage de Maïna Sicard-Cras, Frédéric Grunchec

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv