Loire-Atlantique - Affaire Jonathan : la photo de l'homme soupçonné de l'enlèvement et du meurtre du garçon diffusée

Nouveau pas dans l'enquête sur l'enlèvement et le meurtre du petit Jonathan Coulom en avril 2004. La cellule de la gendarmerie en charge de l'enquête diffuse, via les médias, le portrait du suspect, un Allemand de 47 ans, à différentes époques en espérant que des témoins prendront contact.

La photo du suspect Martin Ney à différents âges diffusée par la cellule disparition 44 de la gendarmerie
La photo du suspect Martin Ney à différents âges diffusée par la cellule disparition 44 de la gendarmerie © cellule-disparition-44

Le communiqué de la gendarmerie est succint :

"Dans le cadre de la résolution du meurtre du petit Jonathan COULOM, 10 ans, enlevé dans une colonie de vacances à St-Brévin- les-Pins le 7 avril 2004 et découvert à Guérande le 19 mai, les enquêteurs recherchent des informations sur cet individu. Dans ce contexte, entre 1990 et 2011, si vous avez vu ou pensez avoir vu cet homme, à la stature imposante 1m96, Si vous lui avez loué ou prêté un hébergement et que vous êtes en mesure de situer le lieu ou la période, merci de contacter les services concernés à  l’adresse mail suivante ou par courrier à la boîte postale dédiée. Toute information même anodine est susceptible de faire avancer l’enquête et d’aider la famille de ce petit garçon à découvrir la vérité."

Suivent les adresses auxquelles on peut contacter les enquêteurs : cellule-disparition-44@gendarmerie.interieur.gouv.fr ou à l'adresse postale : Cellule Disparition 44- BP 33284 - 35032 RENNES CEDEX.

Pour rappel, "l'affaire Jonathan" a débuté il y a près de 17 ans, lorsqu'en avril 2004, cet enfant de 10 ans venant du Cher avec un groupe pour un séjour à Saint-Brévin-les-Pins en Loire-Atlantique, avait été enlevé dans le bâtiment où il dormait avec les autres jeunes de cette classe de mer. Personne n'avait rien entendu cette nuit-là et les recherches menées les jours suivants n'avaient rien donné. 

 

Retrouvé dans un étang de Guérande

C'est un peu plus d'un mois plus tard que son corps, qui flottait à la surface d'un étang privé, à Guérande, avait été retrouvé et identifié. 

Une cellule spéciale a travaillé pendant des années sur cette affaire et la piste d'un agresseur allemand avait été évoquée car les faits ressemblaient à des affaires similaires sur lesquels travaillaient des enquêteurs outre Rhin. Mais cette piste fut abandonnée.

Fin 2017, en Allemagne, un détenu condamné dans plusieurs affaires de viols et de meurtres d'enfants s'était confié à un codétenu dans la prison où il purgeait sa peine. Celui-ci a alors parlé de cette confession évoquant l'enlèvement et le meurtre du jeune Jonathan Coulom.

Martin Ney, 47 ans, condamné à la perpétuité pour le viol et le meurtre de trois jeunes garçons de 8 à 13 ans, est-il celui que la gendarmerie française recherche dans l'affaire Jonathan ? 

 

Un prêt de détenu

Un juge d'instruction nantais, Stéphane Lorentz, est parvenu à faire "prêter" par la Justice allemande ce suspect qui est depuis janvier 2021, pour quelques mois seulement, sur le territoire français. Il faut donc faire vite, d'où cet appel à témoins pour tenter d'établir la réalité de la présence de Martin Ney en avril 2004, à Saint-Brévin-les-Pins et dans le secteur de Guérande.

Les photos de Marin Ney à plusieurs époques permettront peut-être à des témoins de se rappeler l'avoir croisé. A eux maintenant de contacter la cellule disparition 44.

"Les enquêteurs seront en mesure de vérifier vos informations si celles-ci vous paraissent incertaines." précise le communiqué de la gendarmerie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société pédophilie faits divers