Coronavirus : à Brains, près de Nantes, les petites mains mobilisées pour coudre des masques

La confusion sur le port du masque, ces dernières semaines, génère des angoisses chez certains. Alors à Brains, en Loire-Atlantique, l'équipe municipale a décidé d'équiper l'ensemble des habitants de masques en tissus répondant à la norme AFNOR.
À Brains, une armée de petites mains prépare des masques en kit pour  leurs concitoyens
À Brains, une armée de petites mains prépare des masques en kit pour leurs concitoyens © France Télévisions - Florence Thibert
C'est la maire fraîchement reconduite, Laure Beslier, qui a lancé l'idée. Celle de doter tous les habitants de la commune qui en feraient la demande en masques. Sa voisine, une dame âgee, est venue la voir, un soir. Elle était stressée par les dernières informations qui circulaient sur la perspective d'un déconfinement.

"Il se dit que la sortie du confinement se fera en portant un masque, raconte Laure Beslier, et ma voisine était complètement paniquée car elle ne savait pas où en acheter et ne sait pas coudre. Je me suis dit le lendemain matin que je ne pouvais pas laisser une partie de la population sans masque."

Le lendemain, la maire a donc appelé l'association "Brains de Cousette".
La présidente a tout de suite été partante. Une aubaine. Plusieurs de ses membres lui avaient confié qu'elles s'ennuyaient à la maison, sans activité.

"Les filles sont toutes chez elles. Elles sont contentes de donner un coup de main, d’avoir quelque chose à faireToutes les « cousettes » se sont lancées le défi de faire des masques en tissu pour elles-mêmes et des amis. On habite ici, on sait toutes coudre et rendre service à la commune s'est imposé à nous...ça a du sens pour nous" témoigne Isabelle Duveau, la présidente de l'association.  
Les couturières de Brains préparent les kits de fabrication des masques - 10 avril 2020
Les couturières de Brains préparent les kits de fabrication des masques - 10 avril 2020 © France Télévisions - Florence Thibert


Des masques répondant aux normes en vigueur

En quelques jours c'est tout un réseau local qui s'est monté.
"Sur Brains, explique Laure Beslier, on la chance d’avoir une grossiste de vente en ligne de tissu, elle a commandé du tissu en coton serré norme AFNOR pour faire des masques."

La tissu trouvé, encore fallait-il opter pour un modèle de masque qui satisfasse tout le monde. Ce sont deux élues qui ont cherché les tutos sur internet. Un essai et deux jours plus tard, l'affaire était pliée et le modèle validé !

"Je dis souvent qu'un maire tout seul ne peut rien faire. Donc même si j’ai eu l’idée de départ, c’est un vrai travail d’équipe. D'ailleurs, aujourd’hui, 19 personnes se sont inscrites pour fabriquer des masques" indique la maire.

Des masques pour qui ? pour quand ? 

"Attention ces masques ne sont pas faits pour protéger du virus, précise Laure Beslier,  ils ne l'arrêteront pas. Ils ne sont faits que pour la sortie du confinement. En aucun cas ils ne remplaceront les masques de la pharmacie ou de l’hôpital".

Pour l'instant, 1500 masques ont été commandés aux cousettes de l'association brénnoise. "Si on a plus de demandes, on en refera. On ne laissera aucun habitant sans masque. Le coût pour la collectivité est de 1225€ et ils seront distribués gratuitement".
 

Des masques cousus à domicile puis stockés en mairie

Distribution des kits de fabrication de masques aux couturières de Brains
Distribution des kits de fabrication de masques aux couturières de Brains © France Télévisions - Florence Thibert
Distribution des kits de fabrication de masques aux couturières de Brains
Distribution des kits de fabrication de masques aux couturières de Brains © France Télévisions - Florence Thibert
Distribution des kits de fabrication de masques aux couturières de Brains
Distribution des kits de fabrication de masques aux couturières de Brains © France Télévisions - Florence Thibert
Confinement oblige, la mairie a détaché ses élus sur le terrain. 
Ce sont eux qui fournissent aux cousettes des kits de fabrication contenant le tissu prédécoupé, un patron et des élastiques.
Ils récupèreront, de la même manière, les masques une fois terminés.

Aucun masque ne sera distribué avant la fin du confinement.
"Comme les masques vont être faits chez les gens, on les gardera en mairie comme ça ils seront en quarantaine au cas où, précise encore Laure Beslier
Et, si il en reste, les masques seront donnés aux école Jules Verne et Sainte-Anne pour protéger les enseignants et les enfants, si il y a une épidémie de grippe ou de gastro".
 





 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société confinement : conseils pratiques santé covid-19