Loire-Atlantique : le houblon bio, une culture d'avenir

Fleurs de houblon / Bourgneuf-en-Retz / 2019 / © France Télévisions
Fleurs de houblon / Bourgneuf-en-Retz / 2019 / © France Télévisions

Traditionnellement produit dans l'est de la France, le houblon tente une percée dans nos campagnes. Une production au plus près des microbrasseries et brasseries artisanales.

Par Fabienne Even

Avec leurs lianes hautes de six mètres, les plants de houblon ne passent pas inaperçus dans la campagne de Bourgneuf-en-Retz. Matthieu Cosson les a plantés il y a trois ans sur quatre hectares, et cette année la production devrait être optimale. Il espère récolter quatre tonnes de fleurs de houblon qui seront ensuite séchées avant d’être vendues aux brasseurs locaux, une démarche que revendique Matthieu.

"L’idée c’est qu’il y ait des bassins de culture partout en France", explique-t-il, défenseur d’une agriculture de proximité. Car le houblon est aujourd’hui importé à 80% d’Allemagne, d’Angleterre et des Etats-Unis. Certes, il perdure encore une production française en Alsace sur 500 hectares, mais elle a décliné de manière vertigineuse, elle occupait 4600 hectares au début du XXeme siècle.

Il existe donc une réelle opportunité pour relocaliser cette culture en France, d’autant que la demande est forte, dynamisée par les brasseries artisanales qui s’installent aux quatre coins de la France. Selon le syndicat national des brasseurs indépendants, il s’en créerait cinq par semaine. Leur nombre est estimée à 1700 en 2019.

Sur les bords de la Loire, la brasserie artisanale La Divatte a justement décidé de tester la culture du houblon sur une parcelle de 2500 mètres carré, une expérimentation menée par Lucien Bonnot, étudiant en alternance en agrobiologie. Trois variétés utilisées dans la fabrication des bières bio ont été plantées, afin d'assurer à terme son approvisionnement.
 

Une filière en devenir

Pour favoriser la production locale, houblonniers et brasseurs tentent de se structurer pour maîtriser leur filière d'approvisionnement, car "il existe une pénurie de certaines variétés de houblon", explique Antoine Bouyer, dirigeant de la Divatte, "d'autant qu'il faut trois ans pour certifier le houblon bio".

Les Pays de la Loire comptent une quarantaine de brasseries artisanales et la profession s'organise pour aider financièrement l'installation de houblonnières. "Ça peut être une participation au capital, un apport en trésorerie, ou un prêt à court terme", souligne Antoine Bouyer.

Le reportage de la rédaction
 

 

La production de houblon en France

  • 500 hectares de houblon dont 10% en bio
  • 883 tonnes produits en 2018
  • 100 projets de houblonnières en cours

Source : Syndicat national des brasseurs indépendants

Sur le même sujet

Eau et pesticides : la situation des Pays de la Loire

Les + Lus