Loire-Atlantique : quatre gendarmes blessés par un tir de fusil ce lundi matin lors d'une intervention

Les gendarmes qui ont été blessés par les projectiles intervenaient ce lundi matin pour procéder à l'interpellation d'un homme impliqué dans une rixe. Cette rixe avait fait deux blessés dans la nuit de samedi à dimanche à Besné.

Véhicule de gendarmerie
Véhicule de gendarmerie © France Télévisions Damien Raveleau

Les militaires étaient allés à la rencontre d'un homme mis en cause lors d'une agression qui avait fait deux blessés dans la nuit de samedi à dimanche, à Besné, au nord-est de Saint-Nazaire.

Cette nuit-là, deux jeunes de 19 ans avaient reçu des coups de couteau à la tête et au dos et avaient dû être conduits à l'hôpital de Saint-Nazaire mais sans que leur pronostic vital ne soit engagé.

Ce lundi matin, ayant identifié l'auteur des coups de couteau, une équipe du Peloton de Surveillance et d'Intervention de Saint-Nazaire est allée à 6h30 procéder à l'interpellation du suspect âgé de 24 ans, à son domicile de Malville. Après s'être identifiés, les gendarmes ont lancé un assaut, l'homme qui était armé d'un fusil à canon scié a alors tiré un seul coup. 

Avec ce type d'arme, les projectiles, de la grenaille, partent en se dispersant. C'est pourquoi, avec ce seul tir, l'homme a blessé plusieurs gendarmes. L'un d'eux, plus gravement touché à une main, a été hospitalisé à la clinique de la main à Nantes. Un autre, touché à l'épaule, a été dirigé vers l'hôpital de Saint-Nazaire d'où il est depuis sorti. Deux autres militaires ont été plus légèrement touchés.

Après ce coup de feu, les gendarmes ont alors pris position devant le domicile et fait appel à leurs collègues du GIGN. Mais l'homme a fini par se rendre vers 7h du matin.

L'enquête a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie. "Le parquet de Saint-Nazaire s'est déssaisi du dossier au profit du parquet de Nantes qui a un pôle criminel, a déclaré Sylvie Canovas, la procureur de Saint-Nazaire, le chef d'inculpation sera le plus élevé, tentative d'assassinat, car cet individu savait qu'il allait être interpellé et qu'il s'est muni d'une arme."

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers