Municipales 2020 : dernières négociations en Pays de la Loire avant le dépôt des listes

C’est avant ce mardi 2 juin au soir que doivent être déposées les listes pour le second tour des élections municipales. Les tractations et négociations entre les partis et les listes qui veulent fusionner vont continuer tout au long de ce week end de pentecôte. 

 
Lors du premier tour de la présidentielle 2017
Lors du premier tour de la présidentielle 2017 © Sandrine Quemeneur - France 3 Pays de la Loire
Les négociations ce sont des heures et des jours de discussions en coulisses, sans communication ou très peu. Et elles vont bon train à gauche entre les maires socialistes sortants de la région et Europe Ecologie les Verts qui, au premier tour, avait choisi de faire des listes autonomes.
 

Un week-end décisif

A Nantes, les écologistes se sont prononcés ce vendredi 29 mai. Ils feront liste commune avec la maire sortante Johanna Rolland.

Ronan Dantec, numéro deux sur la liste de Johanna Rolland et qui a fait partie des négociateurs, a affirmé que les deux femmes, qui se sont vues à plusieurs reprises en tête à tête, "veulent accélérer le processus de transition écologique".
La candidate en Marche, Valérie Oppelt, dont la proposition de liste unie a été rejetée, se maintient pour ce second tour. Elle ne fera pas alliance avec Laurence Garnier, candidate Les Républicains, qui vient de mettre fin au début de discussion avec Valérie Oppelt "lasse de ses multiples hésitations" écrit-elle dans un tweet.  

Au Mans, les écologistes ont choisi entre deux socialistes

Au Mans, le maire sortant, le socialiste Stéphane le Foll est très serein pour ce second tour. Il a viré très largement en tête le 15 mars dernier avec 42% des votants et plus de 9 000 voix d’avance sur son ancienne adjointe et députée apparentée PS Marietta Karamanli.

Les écologistes n’ont pas pu se maintenir, il leur a manqué quelques voix, mais ils peuvent peser sur ce second tour. Ils se sont réunis pour voter ce vendredi soir. Des voix discordantes s’élèvent néanmoins à EELV pour refuser la fusion avec la liste du maire sortant qui aboutirait" à un écologisme de la soumission". Là aussi, il y a des sujets qui fâchent comme le projet Ikea-Leclerc sur la zone de Béner au sud du Mans contre lequel ils se mobilisent.

Mais leur tête de liste, Isabelle Sévère est l’ancienne première adjointe de Stéphane Le Foll et elle ne s’en cache pas, pour elle, "les écologistes doivent travailler dans les exécutifs". Et c'est la ligne qui a été retenue finalement par les militants qui ont voté à 87% en faveur d'une fusion de la liste des Verts avec celle portée par Stéphane Le Foll. Voilà qui devrait largement conforter le maire sortant à l'approche de ce second tour.
 

Rezé dans la tourmente

A Rezé, l’une des plus grosses villes de l’agglomération nantaise, les négociations, elles viennent, d’aboutir. Et le maire sortant, le socialiste Gérard Allard va faire liste commune avec les écologistes.Cette alliance lui était nécessaire mais ne lui permet pas de combler son retard sur son ancien adjoint, Hervé Neau, aujourd’hui son adversaire politique, qui est sorti vainqueur de ce premier tour avec 1 500 voix d’avance sur le maire sortant.

Le second tour est donc très ouvert.

Hervé Neau finalise lui aussi un accord avec une autre liste, A Gauche toute, qui avait rassemblé plus de 9% des suffrages. Selon une colistière d’Hervé Neau "il s’agit en fait du soutien d’une liste citoyenne à une autre liste citoyenne".

Dans cette ville, socialiste depuis toujours, la bataille à gauche fait rage. Et sur les sept listes présentes le 15 mars dernier, il en restera trois puisque le candidat de la République en Marche, Yannick Louarn a décidé de se maintenir.
 

La bataille du second tour à Saint-Nazaire

A Saint Nazaire, aussi la gauche s’étripe. Les écologistes ont pris leur décision par un vote organisé jeudi 28 mai dans la soirée. Et décidé de faire cause commune avec la liste de rassemblement de la gauche. Mais c’est leur candidate, Pascale Hameau qui devrait prendre la tête de cette liste de rassemblement baptisée "ensemble solidaires et écologistes" et qui sera présentée mardi.

Au premier tour, la candidate EELV était arrivée en seconde position avec 17, 6% des voix, devant la candidate de la gauche Gaëlle Bénizé qui totalisait 13,5% des suffrages. On admet dans l’entourage de Gaëlle Bénizé "qu’il était difficile de ne pas respecter la logique du vote". 

Les deux anciennes adjointes du maire sortant se sont alliées pour empêcher la réélection de David Samzun arrivé largement en tête au 1er tour. Et pour y arriver, les deux femmes comptent sur une remobilisation de l’électorat. Un report des listes de droite n’est pas impossible, c’est en tout cas ce qui circule sur les réseaux sociaux.

Divorce à Saint-Herblain


A Saint Herblain, le couperet vient de tomber et le divorce est consommé. Il n’y aura pas d’accord entre le maire sortant, le socialiste Bertrand Affilé, et le candidat écologiste Jean François Tallio.

"L’offre de fusion correspond à une stratégie de petits arrangements" écrit Bertrand Affilé dans un communiqué ou il affirme que la confiance avec son ancien adjoint EELV est érodée. Il reproche à Jean François Tallio des critiques permanentes à son égard.Son très bon score de 43, 5%, 13 points de plus que le candidat écologiste, lui permet de faire cavalier seul. Il devrait donc y avoir trois listes, le candidat de la République en Marche, Matthieu Annereau ayant décidé de se maintenir.
 

Du suspens à La Roche-sur-Yon et à Laval

On le voit, le chemin des accords à gauche avec les écologistes est parfois long et semé d’embuches. Il a réussi à La Roche-sur-Yon ou les trois listes de gauche ont décidé de se rassembler.

L’accord est en voie de finalisation et la liste sera emmenée par le socialiste Stéphane Ibarra. "Nous mettrons en oeuvre une nouvelle gouvernance, ou la décision sera co-construite avec les Yonnaises et les Yonnais" déclare-t'il ce vendredi soir dans un communiqué.

Les trois listes totalisent plus de 50% des voix au premier tour, c’est plus que le maire sortant le divers droite Luc Bouard, soutenu par LREM qui avait obtenu 44% des suffrages.
Mais la politique n’a pas grand-chose à voir avec l’arithmétique et une abstention moindre au second tour pourrait créer des surprises.

"Nous sommes prêts à gouverner " déclare Florian Bercault, le candidat de la gauche lavalloise qui a fusionné avec les écologistes au soir du premier tour et mène campagne face à Didier Pillon, candidat de la droite et du centre et adjoint à la culture. A Laval, la campagne est tendue, à l’image sans doute des résultats du second tour à venir.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections europe écologie les verts