Nager dans une eau à 0°C, Géraud Paillot, atteint de sclérose en plaques, repousse ses limites grâce au sport extrême

durée de la vidéo : 00h06mn30s
Géraud Paillot atteint de sclérose en plaques et sportif ©Atlantic Télévision by Mstream Studios / France Télévisions

Géraud Paillot fait partie de ces hommes et femmes qui font preuve d’une telle volonté et d’un tel courage face à la maladie qu’ils et elles forcent l’admiration. Atteint de sclérose en plaques, il multiplie les défis et embarque avec lui d’autres malades.

L'histoire de Géraud Paillot commence en 2004, lorsqu'un matin, à 34 ans, il se réveille sans sentir ses jambes. S'ensuit une série d’examens et le verdict tombe : Géraud est atteint de sclérose en plaques, une maladie auto-immune qui affecte le système nerveux central. Cela peut entraîner des troubles moteurs, sensitifs, cognitifs et visuels.

Une pathologie qui touche 120 000 personnes en France.

"Ma vie a basculé deux fois, explique Géraud. Une première fois en 2004 avec l'annonce de ma maladie, et une seconde, le jour où j’ai dû quitter le monde professionnel et me retrouver quelque part, en dehors du monde classique, sans travailler".

Une vie de défis

Loin de s’avouer vaincu, le Breton décide de fonder son association : Aventure Hustive, (Hustive pour Humaine et Sportive), et se lance un premier défi : relier Paris à Marseille en kayak.

C'était l'occasion pour moi d'aller à la rencontre des personnes atteintes, comme moi, d’une maladie chronique, de témoigner qu’on peut avoir des rêves et les réaliser.

Géraud Paillot

L'association s'articule autour de trois piliers : le sport, le collectif et la préparation mentale.

"Le sport joue un rôle central en mettant les corps en mouvement, favorisant ainsi le bien-être physique et mental. Le collectif souligne l’importance de la solidarité et de l'entraide. Être ensemble, avec nos différences, permet de réaliser des choses incroyables. Enfin, la préparation mentale aide à instaurer des routines, à gérer les émotions et le stress quotidien, essentiels pour ceux qui vivent avec la maladie."

Dépassement de soi et solidarité

Avec son association, Géraud Paillot organise des défis sportifs ouverts à tous. Chaque membre est invité à participer à une partie du défi, renforçant ainsi l’esprit de communauté. Lors du défi qui consistait à franchir le 80ᵉ parallèle nord en kayak, il se souvient de Camille, une participante également atteinte de sclérose en plaques. L'association l’a aidée à sortir de sa détresse et elle vit aujourd'hui pleinement sa vie.

Géraud Paillot ne s’arrête plus et multiplie les défis : une expédition en 2019, un semi-Ironman en 2020, un biathlon en 2021. En 2023, il est devenu la première personne à réaliser un Ironman et une course à pied de 24 heures avec une équipe, parcourant 150 km.

En février 2024, il a décroché quatre titres aux championnats du monde de nage hivernale en Estonie, par -6°C. "L’eau était à 0°. Ils cassaient la glace le matin avant qu’on se baigne" se souvient Géraud. "Un exploit intervenu pile vingt ans après qu’on m’a dit : Monsieur, le sport, c’est fini."

Ambassadeur de l’espoir malgré la maladie, Géraud Paillot a également eu l’honneur de porter la flamme olympique lors de son passage dans l’Ouest, accompagné de l’une de ses filles. "C'était une expérience incroyable, un grand moment d’émotion, car je ne le faisais pas que pour moi, mais aussi, à travers moi, pour le monde associatif, pour les malades et pour les aidants. Et j'étais honoré et fier de le faire avec l'exosquelette, une technologie qui a joué un rôle crucial dans ma rééducation."

L'exosquelette, une révolution pour la rééducation

L’exosquelette est un appareil muni d'actionneurs, placés au niveau des articulations, qui sont l'équivalent des muscles. Ils sont commandés par des moteurs électriques qui génèrent différents efforts. Ils peuvent imposer un mouvement ou équilibrer l'exosquelette dans le cadre d'une assistance au port de charges.

Une innovation qui a par exemple permis à Géraud de marcher sur les remparts de Saint-Malo, ce qu’il ne pouvait plus faire depuis la maladie. "Cette technologie est essentielle pour l'avenir des personnes en rééducation, car elle permet de regagner de l’autonomie et c’est un véritable outil de re-sociabilisation."

Mais pour l’heure, elle coûte très cher et n’est pas remboursée par la Sécurité sociale.

Enfin, l'association met aussi en lumière une réalité souvent ignorée : 80 % des handicaps sont invisibles, ce qui entraîne une charge mentale considérable pour les personnes concernées. Avec 19 millions de personnes* vivant avec une maladie chronique en France, "il est crucial de sensibiliser le public et d'offrir un soutien adapté."

*chiffre 2012 du Ministère du Travail, de la santé et des solidarités.

Article écrit en collaboration avec Mouna Khaldi

► Retrouvez tous les témoignages Vous Êtes Formidables sur france.tv

► Voir l'ensemble de nos programmes sur france.tv

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Pays de la Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité