Pays de la Loire : le transport en autocar à petits prix sur la ligne de départ

Starshipper, Isibus, Ouibus, les transporteurs par autocars se lancent sur les routes des Pays de la Loire vers Paris la Bretagne l'Aquitaine et le Midi-Pyrénées. Certaines lignes concurrenceraient directement les TER. / © Starshipper
Starshipper, Isibus, Ouibus, les transporteurs par autocars se lancent sur les routes des Pays de la Loire vers Paris la Bretagne l'Aquitaine et le Midi-Pyrénées. Certaines lignes concurrenceraient directement les TER. / © Starshipper

Plusieurs opérateurs alignent leurs autocars au départ des gares de la région, petits prix pour se lancer à l'assaut de la clientèle du train et... de celle du covoiturage...

Par Christophe Turgis

Avec l'arrivée de la SNCF aujourd'hui avec sa filiale Ouibus, Starshipper, Isilines depuis juillet, le transport par car s'installe dans le paysage de la région. Nantes, Brest, Angers, Le Mans, Paris, La Rochelle, Bordeaux, Toulouse, autant de villes reliées par autocar, les opérateurs prennent leurs marques faisant assaut de rabais sur les billets, 5 euros pour faire monter les premiers voyageurs !
Ensuite, il faudra plutôt compter 19 euros pour un Nantes Paris, 25 euros pour un Nantes Toulouse.


Des consommateurs ravis

Les consommateurs, à condition d'accepter la lenteur du voyage, sont ravis. Les prix semblent être établis volontairement au dessous du prix du train, ça c'est facile, mais juste en dessous du prix du covoiturage. Et c'est là que la concurrence sera rude pour les nouveaux arrivants. Car le car roule moins vite forcément que la voiture particulière. Entre un Nantes (gare sud) et Paris-Bercy à 19 euros et en 6 heures par le car, et un trajet de Nantes, proche de son domicile, et Paris avec un arrangement toujours possible pour la destination finale avec le conducteur à 25 euros et en à peu près 4h, la marge de manœuvre se révèle étroite.


Des cheminots consternés

Ils reprochent d'abord à la SNCF de ne pas avoir averti ses personnels de cette initiative commerciale. Et voient comme une trahison, l'engagement de l'entreprise ferroviaire dans e transport routier en concurrence directe avec ses propres trains. Faisant valoir que l'entreprise lance des cars sur les lignes les plus rentables pour le train.

Et puis il y a la question de l'argent des citoyens pour la CGT "Alors que l’État Français a refusé de régler la question de la dette d'infrastructure du système ferroviaire, il autorise maintenant les cars à polluer et à user les routes à bon compte. Autrement dit sur le dos de la collectivité. Sous couvert de petits prix (qui seront à démontrer sur le long terme), le gouvernement lance une troisième classe, plus dangereuse, moins
rapide, moins confortable, moins ponctuelle et inaccessible aux personnes handicapés
."


Qui sont les nouveaux opérateurs de transport par autocar ?

Ouibus, c'est une filiale de la SNCF, nouvelle sur l'ouest, mais déjà connue vers le Nord ou vers Rhône-Alpes sous le nom d'iDbus( abandonné).
Isilines, c'est une filiale du groupe Transdev, lui même filiale de la Caisse des Dépôts.
Starshipper, c'est la marque crée par le groupe Réunir, une association de transporteurs par autocar.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus