"C'est un rayonnement international", la CCI de Nantes veut examiner la possibilité d'un financement 100% privé pour construire l'Arbre aux Hérons

Publié le
Écrit par Céline Dupeyrat .

Alors que la métropole nantaise a définitivement scié l'Arbre aux hérons, la CCI Nantes-Saint-Nazaire réfléchit à un financement 100% privé.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

L'annonce est tombée comme un coup de hache sur un rêve vieux de 20 ans. Le 15  septembre dernier Johanna Rolland annonçait l'abandon de l'Arbre aux hérons, projet porté par la compagnie la Machine.

Une décision ferme et définitive, justifiée par "un coût déraisonnable en période d'urgence sociale et climatique", désormais estimé 80 millions d'euros. Salué par les élus écologistes de la majorité, l'annonce a été vécue comme "une "trahison" par les concepteurs François Delarozière et Pierre Oréfice.

Yann Trichard, directeur de la CCI et les entrepreneurs mécènes engagés dans l'aventure pour un tiers soit 17 millions d'euro, dont 3 déjà versés à Nantes métropole, avaient pour leur par évoqué "un choc", "une douche froide"

Lors de sa séance plénière du 16 septembre dernier, la CCI Nantes St-Nazaire a débattu de l’annonce de l’arrêt du projet de l’Arbre aux Hérons par la présidente de l'agglomération.

 Un financement 100% privé

Les membres de la CCI Nantes St-Nazaire rappellent qu'ils "comprennent les motivations qui ont présidé à la décision de ne pas utiliser d’argent public pour le projet d’Arbre aux Hérons compte tenu de la hausse conjoncturelle des coûts de construction et de l’avis de l’État sur les modalités de réalisation et d’acquisition de la structure".

 

Ils n'en démordent pas. Pour eux, le projet reste d'actualité :

"La dynamique générée depuis de nombreuses années autour des Machines de l’Ile, de la réalisation de Machines extraordinaires par la compagnie La Machine, de l’offre touristique et culturelle portée par le Voyage à Nantes, a donné à Nantes une image singulière qui contribue à son rayonnement national et international. L’Arbre aux Hérons, considéré déjà par certains comme une Tour Eiffel végétale , constitue une pierre angulaire majeure de cette dynamique", ajoute le communiqué.

"Un élément de transformation du paysage urbain"  

Au-delà de ce rayonnement, l’Arbre aux Hérons représente pour les entreprises  "une expression des savoir-faire techniques et de créativité de notre tissu industriel. La valorisation des savoir-faire industriels, l’enjeu que représente la réindustrialisation de nos territoires trouvent dans ce projet une expression particulièrement forte."  
  
En lien avec le Jardin Extraordinaire, pour la CCI c'est "un élément de transformation du paysage urbain et de reconquête de la nature en ville. En effet, au-delà de sa structure métallique, le projet intègre une dimension de préservation, d’acculturation et de développement du végétal que l’on ne peut ignorer et que l’on doit favoriser." 

 

La nécessaire transformation environnementale et sociétale de nos territoires vers une économie bas-carbone et sobre n’est en aucune manière antinomique avec des  projets qui alimentent les imaginaires et les rêves de chacune et chacun d’entre nous

CCI Nantes/Saint-Nazaire

 

L'assemblée de la CCI Nantes St-Nazaire a décidé, à l’unanimité, '"d’investiguer la possibilité et les conditions d’une réalisation de ce projet par des financements privés". Elle a mandaté son président "pour prendre les contacts nécessaires à cet effet."

 

Les premiers échanges ont débuté avec les acteurs économiques et une première réunion de travail se tiendra prochainement avec l’ensemble des parties souhaitant faire avancer ce projet emblématique pour le territoire.

De leur côté François Delarozière et Pierre Oréfice n'ont pas dit leur dernier mot. Histoire de mettre la pression, ils appellent les Nantais à se rassembler au pied de l'éléphant pour assister à un vol grandeur nature du héron déjà fabriqué, le samedi 1er octobre à 18 heures sur l'esplanade des Machines. Il n'est d'ailleurs pas exclu qu'ils aillent planter leur arbre ailleurs. Pour l'heure "aucune décision n'a été prise."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité