Circulation. "Il faut éviter les Zones à Faible Émission quand on peut". Nantes fait le choix d'une ZFE minimale

Les ZFE, ces Zones à Faible Émission, étaient très critiquées. Leur mise en place dans plusieurs villes comme Paris empêchait de facto les voitures les plus anciennes d’accéder aux centres-villes. L’État a assoupli les règles cet été. Et Nantes a choisi d’appliquer le niveau le plus bas, celui de vigilance.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Il faut éviter les ZFE quand on peut". La phrase a de quoi surprendre dans la bouche d’un élu écologiste, en l’occurrence Tristan Riom, vice-président de Nantes Métropole en charge du climat.

Car "la ZFE n’aurait qu’un effet marginal sur l’amélioration de la qualité de l’air" selon Nantes Métropole. Seuls 4 000 véhicules seraient concernés. 

Le paradoxe écologiste

Et pourtant, l’élu Europe Écologie les verts assume : "la géographie de Nantes n’est pas celle de Grenoble ou Lyon, des "cuvettes" entourées de montagnes, où la pollution stagne. Dans ces villes, interdire les voitures les plus polluantes a du sens. À Nantes Métropole, la qualité de l'air est jugée bonne 70 % du temps. Et des études ont montré que la ZFE aurait peu d’impact sur la qualité de l’air. Le plan de déplacement urbain mis en place ici, qui encourage le covoiturage, les transports en commun ou le vélo, est plus efficace que la ZFE."

La vigilance plutôt que la restriction

D’où le choix d’un niveau de vigilance et pas de restriction ZFE "qui ne serait pas adapté et équitable". Et Johanna Rolland, présidente de Nantes métropole, de renchérir : "Il ne fallait pas que les Zones à Faible émission deviennent des Zones à Forte Exclusion".

Concrètement, à partir du 1ᵉʳ janvier 2025, seuls les véhicules qui ne peuvent obtenir aucune vignette Crit’Air seront donc interdits d’accès à Nantes intra périphérique. Soit seulement 1 % du parc automobile, équivalant à 4000 véhicules, et uniquement sur les heures de pointe (7 h-9 h / 16 h-19 h).

Ces mesures seront soumises au vote en conseil métropolitain ce jeudi 14 décembre.

Mise en place en 2025

Mais cette version très light de la ZFE n’exonère pas les automobilistes de se doter d’une vignette Crit’Air. Elle sera obligatoire à Nantes à partir du 1ᵉʳ janvier 2025 pour tous les véhicules "car le préfet peut prendre un arrêté de restriction de circulation en cas d'épisode de pollution. Et la vignette sera alors nécessaire". Elle peut être commandée en ligne sur le site www.certificat-air.gouv.fr, au prix de 3,72 € envoi postal compris.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv