Le réveil du Dragon de Calais, dernier né de La Compagnie La Machine de Nantes

Le dragon de Calais / © Olivier Quentin
Le dragon de Calais / © Olivier Quentin

Un dragon débarque à Calais ! Mais il est né à Nantes sous les nefs de La Compagnie La Machine à Nantes.
À l'occasion du réveil du Dragon de Calais, France 3 Pays de la Loire vous propose une émission spéciale le dimanche 3 novembre à 13h30.

Par Murielle Dreux

Il se réveille à Calais, mais c'est bien sous les nefs, à Nantes que fut conçu ce monstre de bois et d'acier.
Pour célébrer l’arrivée de ce dragon de 25 mètres de long, 15 mètres de haut et de 72 tonnes, la compagnie la Machine et la ville de Calais ont imaginé un grand spectacle du 1er au 3 novembre.
Par la suite, le dragon s'installera définitivement dans la ville, il y animera ensuite tous les jours le front de mer.

C'est cette histoire que vous raconteVirginie Demange, journaliste à France 3 Hauts-de-France, des premières maquettes jusqu'à la parade du dimanche 3 novembre.
Une immersion totale dans les entrailles de la bête...

Un coup de foudre

Le dragon de Calais est né d'un coup de foudre du maire de la ville Natacha Bouchard pour Long Ma, le cheval-dragon conçu également par la Compagnie La Machine pour la Chine, lors de son passage à Calais en juin 2016.

Avec les créations sorties de l'imaginaire de François Delarozière et de son équipe "la Compagnie La Machine", la municipalité ambitionne un vrai projet culturel et touristique pour cette ville au passé industriel.

Mais pour que ce rêve, cette chimère devienne réellement le Dragon de Calais, il aura fallu deux ans de conception et surtout de réalisation dans les ateliers des Nefs par toutes les équipes de La Compagnie La Machine.
 
 

Un dragon monumental

C'est une belle bête qui vous toise du haut de ses 15 mètres ! 
Composé d'acier, de bois sculpté et de cuir, avec ses 72 tonnes, c'est la plus lourde et longue bestiole mécanique réalisée par La Compagnie La Machine dont la particularité est une mobilité inspirée de la motricité des reptiles. Ses yeux, ses paupières, ses oreilles, sa bouche, sa langue, ses nageoires sont mobiles.
Expressif, comme Long Ma, son jumeau chinois, il peut cracher du feu, de la fumée et de l’eau sous différentes formes. 
Il peut transporter jusqu'à 50 passagers sur son dos sur une terrasse couverte, à laquelle on accède par un escalier intégré dans sa queue.
 
Le dragon de Calais en construction sous les Nefs de Nantes / © Olivier Quentin
Le dragon de Calais en construction sous les Nefs de Nantes / © Olivier Quentin

Envoyer ce monstre à Calais par les eaux n'a pas été une mince affaire, il aura fallu le découper en trois morceaux : le corps, la tête et la queue.

 

Des machines imaginaires envahissent la ville

De Calais, à Liverpool en passant par la Chine, les animaux extraordinaires de La Compagnie La Machine de Nantes ont depuis quelques années envahies le monde.
Sous la forme de cheval-dragon, d'araignée géante ou de minotaure, les machines nées de l'imaginaire de François Delarozière et de ses équipes ont participé à de nombreux événements ou spectacles au coeur des villes.
Du théâtre de rue XXL à l'image du spectacle "Le Gardien du Temple" présenté en 2018 avec un combat entre le minotaure et l'araignée. 

Cette année, à Calais, c'est bien un dragon qui va s'installer le long du front de mer, mais cette fois-ci, tout comme l'éléphant est devenu l'un des emblèmes de Nantes, le Dragon de Calais est prévu pour faire partie de la ville et de son histoire...

►"La grande histoire du Dragon de Calais", une émission spéciale présentée par Virginie Demange, dimanche 3 novembre à 13h30 sur France 3 Pays de-la-Loire

Sur le même sujet

Les + Lus