FC Nantes et YelloPark : contestation, contre-projet, concertation

Publié le Mis à jour le

Depuis l'annonce de la construction de YelloPark qui, en 2022, devrait remplacer le stade de la Beaujoire, la contestation enfle. Ce mardi, A la Nantaise, Brigade Loire, commerçants ambulants et l'architecte de la Beaujoire, Berdje Agopyan, avaient convoqué une conférence de presse. 

Une conférence de presse pour annoncer un débat qui devra compter sur un deuxième projet. Selon A la Nantaise, qui réunit les amoureux du FC Nantes, il est possible de trouver 20 millions d'euros. Comment ? En conservant le stade actuel et en demandant au FC Nantes de verser à Nantes Métropole un loyer digne d'une Ligue 1, ce qui permettrait à la collectivité de générer des recettes et d'engager des travaux sans mettre à contribution le contribuable. Et de cette manière à éviter un projet privé. 


Le stade de la Beaujoire a été inauguré le 8 mai 1984 lors d'un match amical FC Nantes - Roumanie ( 0-1 ). L'enceinte offre alors 52 923 places assises et debout. Le bâtiment fera l'unanimité, même si les élus nantais de l'époque trouvent son coût exorbitant. 

► Reportage réalisé en 1984 


Début de la concertation

Mercredi, la Commission Nationale des Débats publics ouvre la concertation concernant le projet Yello Parc. De son côté, A la Nantaise organise du 15 au 19 Mars des débats publics à la Manufacture de Nantes. La question sera simple; faut-il un projet privé dont le coût s'élèverait à 200 ou 300 millions d'euros et détruire un stage âgé de 34 ans ? N'y a-t-il pas une autre alternative ?