Festival du Cinéma Espagnol : des films, des rencontres, des hommages, du flamenco... et Javier Bardem !

© François Berthier / Paris Match SCOOP
© François Berthier / Paris Match SCOOP

Nantes va vivre au rythme de l'Espagne et du flamenco du 28 mars au 7 avril au Festival du Cinéma Espagnol, avec une programmation qui fait la part belle aux plus grands noms du cinéma espagnol et un hommage à l'acteur Javier Bardem. Pilar Martinez-Vasseur, directrice du festival, nous en dit plus.

Par Murielle Dreux

Rendez-vous incontournable depuis sa création en 1990, le Festival du Cinéma Espagnol de Nantes propose un voyage à travers le 7ème art ibérique dans toute sa diversité : fictions, documentaires, films d'animation,... Pour cette 29ème édition le cinéma espagnol prouve son dynamisme et sa richesse à travers des films forts où se mêlent thèmes d'actualité et sujets historiques.
 

Et cette année, le festival rend hommage à une figure majeure du cinéma espagnol, l'immense acteur Javier Bardem. Il sera présent à Nantes du lundi 1er au mercredi 3 avril pour présenter ses films et rencontrer le public.
L'occasion de découvrir 10 longs-métrages sélectionnés dans son impressionnante filmographie internationale, reflets de son talent  et de la diversité de ses interprétations comme dans "Mar adentro" d'Alejandro Amenábar ou "No country for old men" des frères Coen.
L'acteur oscarisé sera aussi présent lors d’une masterclass, animée par José Luis Rebordinos, directeur du Festival de San Sebastián.

 
Pilar Martinez-Vasseur, créatrice et directrice du Festival du Cinéma Espagnol de Nantes / © Festival du Cinéma Espagnol
Pilar Martinez-Vasseur, créatrice et directrice du Festival du Cinéma Espagnol de Nantes / © Festival du Cinéma Espagnol

Entretien avec Pilar Martinez-Vasseur, directrice du Festival du Cinéma Espagnol :

Javier Bardem en invité d'honneur, quel coup !

C'est une demande qui est dans les tuyaux depuis 2005, nous sommes constants et tenaces !
C'est un acteur que l'on souhaitait avoir dans une de nos éditions, non pas pour son côté star internationale, mais surtout par ce qu'il représente. Bardem est à l'instar du cinéma espagnol un acteur qui tourne dans différents pays du monde avec des réalisateurs extrêmement variés dans des rôles qui incarnent des valeurs qui nous sont propres.
C'est ça qui pour nous était important, une adéquation entre ce que le festival porte comme message et ce qu'il incarne non seulement dans sa filmographie mais aussi dans les causes qu'il défend de par le monde.

Sa présence sur 3 jours est exceptionnelle !

Il a choisi 10 films de sa filmographie et va en présenter 6.
C'est la 1ère fois que Javier Bardem vient à un festival de cinéma pour autre chose que la promotion de son dernier film.
La spécificité de sa venue à Nantes, c'est le contact direct avec le public par la présentation en salle de ses films et un échange suite de la projection du film "Biutiful" d'Alejandro González Iñárritu.

 

Les temps forts de cette 29ème édition ?

Depuis des années le cinéma espagnol regarde ailleurs, par-delà ses frontières, les cinéastes espagnols vont tourner des films en Allemagne, en Amérique latine ou en Afrique. On va donc voir des films avec des problématiques qui sont universelles.

A l'honneur cette année, le flamenco, quelque chose qui pourrait être très identitaire mais qui est classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO.
Il représente ce qui peut être le plus proche du folklore espagnol, les castagnettes et tout ça. Mais par le biais du cinéma ou du spectacle vivant, comme avec le concert unique de la chanteuse Marina Heredia, on se rend compte que le flamenco représente l'histoire de l'Espagne depuis la fin du 19ème siècle, une histoire où se mélange un pays sous développé d'un point de vue économique, un pays muselé d'un point de vue politique.

Des documentaires retracent l'histoire de cette danse, de ces danseurs comme Antonio Gades du film de Carlos Saura "Bodas de Sangre", qui fait du flamenco un art qui dépasse l'Andalousie elle-même.

 

Autres documentaires à ne pas louper "Camarón Flamenco y Revolución" d'Alexis Morante ou "La Chana" de Lucija Stojevic, sur  l'histoire du flamenco dans les années 70 et des femmes qui se sont consacrées à cet art.

Une sélection enthousiasmante ?

L'idée de départ, c'est de montrer en compétition et hors compétition ce qui nous paraît le plus représentatif du cinéma espagnol de l'année 2018-2019. Représentatif, ne veut pas dire uniquement les films que nous, programmateurs, équipe du festival aimons du point de vue personnel ou cinématographique, mais ce qui nous parait représenter toutes les tendances, de génération, de genre ect...

Nous pensons que la compétition fictions, documentaire, premier film, court-métrage va être intéressante. Il y a la présence de réalisateurs confirmés comme Jaime Rosales, qui va régulièrement à Cannes, ou Iciar Bollain qui présente en ouverture "Yuli", l'histoire du danseur Carlos Acosta. Et puis, l'on va pouvoir découvrir des réalisateurs moins connus mais très prometteurs que les spectateurs vont pouvoir suivre.

Pour la compétition documentaires, je crois que c'est une excellente année, avec par exemple, un documentaire espagnol sur la jungle de Calais "Los burgueses de Calais, la ùltima frontera" de Jesùs Armesto.

Ce qui vous a marqué au fil des années, l'évolution du public ?

Ce qui est intéressant, c'est que le festival commence en 1990, l'année où Javier Bardem joue dans son premier film "Las edades de Loulou" de Bigas Luna, réalisateur emblématique de la période de la movida avec Almodovar. Le festival a donc grandi en même temps que la personnalité cinématographique de Bardem.

Il s'est créé à Nantes, au fil des ans, une vraie cinéphilie du cinéma espagnol, le festival c'est maintenant 30 000 spectateurs qui viennent de toute la France. Je pense qu'il s'est constitué autour de ce festival une sorte de famille, un groupe de cinéphile qui attend le mois de mars pour se retrouver, parler de cinéma, de littérature, de politique, ...
Quelques jours avant l'ouverture officielle du festival, il y a déjà la queue pour les réservations, et ça je crois que c'est une grande récompense pour l'équipe du festival du cinéma espagnol qui a travaillé toute l'année pour rendre tout cela possible.

La spécificité c'est aussi le partage : les réalisateurs, les acteurs sont sensibles à l'intérêt et à la générosité du public et ils le leur rendent bien. La preuve, Javier Bardem vient présenter 6 films avec un emploi du temps d'enfer ! Et tous les autres réalisateurs et acteurs présents ne sont vraiment pas avares de leur temps avec des rencontres, des tables rondes, des événements en salle.

Il y a aussi tout un travail en amont très important avec les scolaires, plus de 7 000 l'année dernière, c'est vraiment le public de demain. C'est assez stimulant et très gratifiant, je pense que ça va être un grand moment. Et cette année pour la première fois il y a un prix du Jury Scolaire, attribué par des collégiens et lycéens.

 

Les liens du festival nantais avec celui de San Sebastián en Espagne ?

Nous y allons tous les ans pendant toute la durée du festival et nous travaillons avec eux.
C'est un festival qui nous tient à cœur car il est très en lien avec le public contrairement à Cannes qui est un festival pour les professionnels où c'est compliqué pour le public d'y accéder. À San Sebastián c'est tout le contraire, il est professionnel c'est le 4è festival européen, mais il y a un public énorme qui est dans les salles de 9h00 jusqu'à 2h00 du matin.
Pour nous c'est vraiment très encourageant. Par exemple "Yuli" qui fait l'ouverture du festival à Nantes, est un film que l'on a repéré à San Sebastián, c'était très important de le montrer dans notre compétition.

 

Un dernier coup de cœur ?

Oh la la ! Je vais citer un film qui n'est pas en compétition pour ne pas influencer le public. Je mettrais en parallèle "Carmen y Lola" de Arantxa Echevarria qui me paraît remarquable et le film "Campeones" de Javier Fesser parce que c'est un film très important pour montrer l'intégration des handicapés à travers le sport. Une grande leçon de vie.
 

► Le Festival du Cinéma Espagnol de Nantes c'est du 28 mars au 7 avril au cinéma Le Katorza, à l'Espace Cosmopolis et à l'Opéra Graslin.

¡ Buen festival !
 

 

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Les + Lus